POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Volet Recherche et Innovation du Conseil «Compétitivité»



Marc Hansen et Ina Druviete, ministre lettonne de l'Éducation et des Sciences (Photo: Council of the European Union)

Marc Hansen et Ina Druviete, ministre lettonne de l'Éducation et des Sciences (Photo: Council of the European Union)

Le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Marc Hansen, a participé au volet ‘Recherche et Innovation’ du Conseil «Compétitivité», le 26 septembre 2014 à Bruxelles sous Présidence italienne.

Les ministres en charge de la Recherche ont tenu un débat d’orientation sur la Stratégie Europe 2020 sur base de la communication de la Commission intitulée «Recherche et innovation comme sources de croissance renouvelée». Dans son intervention, Marc Hansen a soutenu les principaux messages de la communication et commenté les trois axes de réforme valables pour tous les États membres:

  • améliorer la qualité du développement de stratégies et du processus d'élaboration des politiques;
  • améliorer la qualité des programmes,  le ciblage des ressources financières et des mécanismes de financement;
  • améliorer la qualité des institutions publiques de recherche et d'innovation.

En outre, il a souligné la volonté du gouvernement d’établir un plan de stratégies nationales en matière de Recherche et d’Innovation sur la base des axes prioritaires définis dans la communication.

Ensuite, les ministres en charge de la Recherche ont eu un échange de vues sur le deuxième rapport d’étape de l’Espace européen de la Recherche (EER), publié le 16 septembre 2014 par la Commission européenne. Ce rapport rend compte des progrès accomplis vers les objectifs prioritaires de l'EER et les compare avec la mise en œuvre des objectifs à l’échelon national des différents États membres. Dans son intervention, Marc Hansen a reconnu qu’il s’agit d’un bon état des lieux et il a évoqué les priorités pour le Luxembourg, dont notamment la modernisation du système de R&I, l’amélioration de la complémentarité entre les organismes de recherche publics, une coopération transnationale et internationale accrue ainsi qu’une participation plus importante au programme européen Horizon 2020. En outre, il a souligné qu’un pourcentage de 40% du sexe «sous-représenté» est désormais fixé dans la nouvelle loi du Fonds National de la Recherche et dans le projet de loi des Centres de Recherche publics.

Finalement, lors du déjeuner, les ministres en charge de la Recherche ont eu un échange de vues sur le Partenariat euro-méditerranéen renouvelé en matière de sciences, de technologies et d'innovation (P.R.I.M.A). Les ministres se sont mis d’accord que ce partenariat prendra la forme d’un programme conformément à l'article 185 du TFUE.