COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Une attaque flagrante contre la liberté de la presse



03-web.jpg

Le président du Conseil de Presse, Roger Infalt (Photo: Conseil de Presse)

Hier, l’éditeur de paperJam.lu, Maison Moderne, a été assigné en référé par la holding financière Leyne, Strauss-Kahn & Partners (LSK) dans le but de faire interdire la publication d'un article concernant un litige entre LSK et l’entreprise La Bâloise. La holding financière avait demandé que l’article ne soit pas publié jusqu’au jugement définitif sous peine d’une astreinte de 50.000 euros par infraction constatée, avec un maximum de 2,5 millions d’euros.

Devant le tribunal l’avocat de LSK a demandé ce mercredi à la juge des référés la radiation de l’assignation contre Maison Moderne, l’affaire à ses yeux n’ayant plus de raison d’être étant donné que paperJam.lu a publié mardi l’article que le groupe financier voulait interdire, ou à tout le moins faire reporter.

Me Marc Kohnen s’est opposé à cette radiation, estimant qu’il fallait que cette affaire ait des suites et surtout des conséquences. Il a dénoncé la tentative d’intimidation opérée par le groupe LSK contre la presse. Hier, il a fait savoir que Maison Moderne allait demander le 10 septembre au Tribunal 10.000 euros de dommages et intérêts à LSK pour procédure abusive et vexatoire.

Le Conseil de Presse, composé paritairement de représentants d'éditeurs et de journalistes, dénonce cette tentative de la holding financière LSK qui visait d’intimider la presse et salue la volonté de l’avocat de l’éditeur de plaider cette affaire le 10 septembre prochain devant le juge. Il y va des droits inhérents à la liberté d’expression dans les médias, il y va de la liberté de la presse.