PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Édition 2015

Parution de «Investment Funds in Luxembourg» d’EY



michael_ferguson_ld.jpg

Michael Ferguson, EMEIA regulated funds leader et wealth & asset management leader chez EY Luxembourg (Photo: Luc Deflorenne)

L’édition 2015 du guide technique «Investment Funds in Luxembourg – A technical guide» d’EY Luxembourg vient de paraître. Ce guide est conçu afin de répondre aux nombreuses questions liées à la constitution et au fonctionnement de fonds d’investissement au Luxembourg. L’édition 2015 inclut les dernières mises à jour en termes de législation et de réglementation.

Période favorable, mais attention aux répercussions macro-économiques

Les chiffres eux seuls pourraient traduire la très bonne santé de l’industrie des fonds d’investissement avec d’importants flux d’actifs enregistrés au cours des 12 derniers mois et une stabilité globale des marges. Ces importants flux d’actifs reposent sur des taux d’intérêt proches de zéro ou négatifs et une prise de conscience croissante de la part des investisseurs de leur responsabilité personnelle en ce qui concerne leur épargne et leur épargne-retraite.

Michael Ferguson, EMEIA regulated funds leader et wealth & asset management leader chez EY Luxembourg, nuance toutefois ces perspectives: «L’industrie des fonds d’investissement devra faire face à de nombreux facteurs défavorables dans un proche avenir, notamment la hausse attendue des taux d’intérêt aux États-Unis, objet de nombreuses discussions déjà, ou bien encore un ralentissement de l’économie chinoise, des marchés volatils, une faible économie de l’Union européenne (UE), toujours aux prises avec les problématiques liées à l’euro, ou bien encore un possible effondrement susceptible de résulter d’une série de risques politiques.»

Le secteur dit «passif» a enregistré certains des afflux les plus importants – notamment avec des actifs en produits de type ETF, désormais estimés à environ 2.700 milliards d’euros - et ce malgré quelques récentes sorties de capitaux. La croissance du secteur «passif» a eu de nombreuses répercussions sur le secteur «passif» traditionnel, une attention accrue étant portée aux honoraires et à la performance, mais a contraint également les gestionnaires actifs traditionnels à une plus grande innovation en matière de produits.

En mai 2015, l’ensemble des actifs sous gestion en Europe était de l’ordre d’approximativement 12.700 milliards d’euros, soit une hausse de 12% par rapport à décembre 2014. En Europe, les actifs des OPCVM dominent toujours le secteur avec une part de marché de 73% du total des actifs sous gestion, le solde est constitué d’une gamme de produits autres qu’OPCVM, comprenant ceux qui relèvent de la directive AIFM. Au cours des prochaines années, nous pouvons nous attendre à des transferts importants en matière de produits, avec une croissance très élevée dans le secteur alternatif, passif et des solutions, mettant par conséquent le secteur principal traditionnel actif encore davantage sous pression.

Les incidences de la réglementation et de la technologie

La mise en œuvre de l’agenda réglementaire se poursuit à un rythme soutenu, avec une attention toute particulière portée à la réforme relative aux dépositaires, aux politiques et pratiques de rémunération, à l’avenir des fonds du marché monétaire, à l’extension du passeport AIFM à des produits et à des gestionnaires non domiciliés dans l’UE ainsi qu’aux possibles conséquences de la directive Mifid II. L’attention constante et les investissements consentis afin d’assurer la mise en œuvre de l’agenda réglementaire, le renforcement de la gestion des risques et la «compliance» vont continuer à mettre quelque peu les marges sous pression.

L’incidence de la technologie, du monde numérique, de l’utilisation de «big data» sont autant de sujets maintes fois débattus, le point de vue le plus largement partagé en la matière étant toutefois le rôle essentiel que jouera la technologie mobile dans la distribution de fonds d’investissement à la prochaine génération d’investisseurs.

Défis pour l’avenir

Envisageant l’avenir, sur quels sujets devrait se concentrer l’industrie des fonds d’investissement? La récente publication de l’Alfi (Association luxembourgeoise des fonds d’investissement), intitulée «2020 Ambition Paper», met en évidence de nombreux domaines clés. La principale ambition devrait être que «l’industrie serve les intérêts des investisseurs et de l’économie». Pour atteindre cet objectif, l’Alfi s’est fixé les cinq objectifs principaux suivants, d’importance égale:

  • promouvoir des pratiques qui concilient les intérêts des investisseurs avec ceux de l’industrie,
  • exprimer clairement le rôle essentiel des fonds d’investissement dans l’économie mondiale,
  • connecter les investisseurs aux opportunités qu’offre le marché mondial,
  • s’assurer que le Luxembourg reste le domicile de fonds de prédilection des gestionnaires d’actifs,
  • stimuler l’innovation, la recherche, la formation et le développement des talents.

À propos de l’édition 2015 du guide «Investment Funds in Luxembourg»

«Investment Funds in Luxembourg - A technical guide» est un guide technique présentant, dans un format clair et concis, une introduction de Luxembourg comme place financière de choix pour les fonds d’investissement. Il détaille les types de fonds disponibles à Luxembourg et fournit un résumé des dispositions réglementaires applicables à la constitution et au fonctionnement des fonds d’investissement luxembourgeois. Il inclut également la réglementation applicable aux sociétés de gestion et aux gestionnaires de fonds alternatifs basés au Luxembourg ainsi que les dispositions applicables aux autres prestataires de services.

Cette publication de 500 pages peut être téléchargée sur le site internet d’EY Luxembourg à l’adresse suivante: ey.com/lu