ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Actualité gouvernementale: déclaration gouvernementale du Premier ministre Jean-Claude Juncker à la Chambre des députés



Paperjam

Les membres du nouveau gouvernement ont été assermentés le 31 juillet 2004 au Château de Berg. La passation des pouvoirs dans les différents ministères a eu lieu les 2 et 3 août 2004.

Le Premier ministre est revenu sur les résultats des élections législatives du 13 juin 2004. Il a estimé qu'une forte majorité du gouvernement à la Chambre des députés et un programme gouvernemental solide seraient nécessaires pour faire avancer le pays. "Avec le nouveau gouvernement de coalition CSV-LSAP, ces conditions sont remplies", a estimé le Premier ministre Jean-Claude Juncker.

Modernisation, innovation, transformation et intégration: les fils conducteurs

En effet, le programme gouvernemental est placé sous le signe de "la modernisation, l'innovation, la transformation et l'intégration", les fils conducteurs de la déclaration du Premier ministre devant la Chambre des députés. "La modernisation, la transformation, l'innovation visent un seul but: la cohésion de notre société dans notre pays", a déclaré Jean-Claude Juncker.

Moderniser signifierait "changer, ajuster, adapter, évoluer", mais également "savoir conserver avec intelligence des acquis".

Politique financière: pas de revirements drastiques

Conserver de façon intelligente les acquis s'appliquerait surtout au domaine de la politique financière qui ne subira pas de revirements drastiques, a annoncé le Premier ministre Juncker. "Elle continuera sur sa voie réfléchie et prudente", a-t-il souligné. La place financière, de son côté, devrait être promue "de façon plus poussée, structurée et coordonnée".

Économie

En matière d'économie, le Premier ministre a noté qu'il faudrait tout mettre en œuvre pour assurer durablement sa croissance, et ce dans tous les domaines: l'industrie, l'artisanat, le commerce, le tourisme, l'agriculture et la viticulture, le commerce électronique ou encore les énergies alternatives.

Par ailleurs, le pays dans son ensemble, avec tous ses acteurs et ses facettes, devrait devenir "plus compétitif et plus moderne", a souligné Jean-Claude Juncker dans sa déclaration.

À cet effet, le gouvernement propose entre autres:

- de renforcer la recherche et de la rapprocher de l'économie;

- de rendre les procédures administratives et les procédures de décision plus souples et rapides;

- de promouvoir la "e-dynamique" du pays;

- de maintenir les investissements publics à un haut niveau;

- d'augmenter la mobilité sur les routes et les rails;

- d'initier et de lancer de nouveaux modèles concernant le temps de travail;

- de concilier davantage la famille et la profession;

- et d'augmenter le nombre de places dans les crèches.

La cohésion sociale du pays

Le but premier de la modernisation, de la transformation et de l'innovation de l'État étant "la cohésion de la société et du pays", il s'agirait "d'éviter la naissance de sociétés parallèles, où se côtoient Luxembourgeois et étrangers, gagnants et perdants, salariés et chômeurs". "Un État n'est qu'un État que s'il constitue une entité", a déclaré Jean-Claude Juncker.

Education nationale : Le succès de tous dépend de la réussite de chacun

Afin de maintenir la cohésion sociale, le Premier ministre a annoncé vouloir moderniser l'école, et ce grâce au dialogue avec tous les partenaires concernés: enseignants, étudiants, parents d'étudiants, partenaires sociaux : « Le succès de tous dépend de la réussite de chacun ». La réussite de l'école devrait être aussi large que possible. Chaque jeune exclu prématurément du système scolaire constituerait un échec pour tous et une perte pour la société. La réalisation des objectifs dans ce domaine tiendrait beaucoup au dépassement de l'antagonisme apparent entre intérêt individuel et intérêt collectif. Dans ce cadre est prévue l'introduction de l'école à horaire continu ainsi que des changements au niveau de l'évaluation des étudiants.

L'intégration au centre des efforts

Un autre point important concerne l'intégration des non-Luxembourgeois dans la société luxembourgeoise. Le principe de la double nationalité, l'augmentation de l'offre des cours de luxembourgeois, et notamment des réformes relatives à la procédure d'asile, devraient permettre d'atteindre ces objectifs.

Autres points forts

Des efforts en matière de sécurité routière, de politique de logement, de l'aménagement du territoire, de l'égalité des chances et de culture serviraient par ailleurs à maintenir une forte cohésion dans la société luxembourgeoise.

Afin de garantir la cohésion au niveau de la sécurité sociale, le Premier ministre a fait part de l'intention du gouvernement de faire bénéficier un plus grand nombre de femmes du forfait d'éducation, dont le mode de financement devrait aussi être réformé. Jean-Claude Juncker a souligné que le déficit des caisses de maladie ne pourrait être assaini au détriment d'un seul partenaire social, mais que tous seraient appelés à fournir des efforts.

Cohésion internationale

La cohésion internationale devrait, d'après les mots du Premier ministre, "passer par des efforts accrus dans le domaine de la coopération au développement". C'est pour cette raison que le gouvernement maintiendrait son intention d'augmenter le budget dédié à l'aide au développement à 1% du PIB dans les années à venir: "Notre contribution à la coopération est le résultat d'une analyse globale. La faim, l'oppression et les injustices sociales et économiques ne sont pas sans conséquences pour les pays riches, qui sont obligés de lutter contre la pauvreté, la misère, la guerre, et d'œuvrer pour la vie".

Sécurité

Dans un souci d'augmenter la sécurité nationale, le Premier ministre a annoncé vouloir augmenter le budget destiné à la défense afin que le Luxembourg puisse mieux répondre aux obligations dans le cadre des organisations internationales. Sur le plan national, les effectifs de la police grand-ducale et de la justice seraient augmentés.

L'engagement européen

En ce qui concerne la politique européenne, le Premier ministre a déclaré son intention de profiter de la Présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2005 pour faire avancer l'Union européenne. Le gouvernement luxembourgeois s'associerait à toutes les initiatives qui viseraient à promouvoir l'Europe.

Le Premier ministre s'est dit confiant au sujet du référendum sur la Constitution européenne au Luxembourg qui devrait générer un large débat parmi les citoyens, qui, d'après Jean-Claude Juncker, "doivent voter oui par conviction".

Réformes institutionnelles

Le Premier ministre a également affirmé l'intention du gouvernement d'introduire la consultation et l'initiative populaires afin de répondre à la demande des citoyens qui réclament plus de participation à la vie politique.

Afin d'accélérer le processus législatif, le Premier ministre a annoncé une augmentation du nombre des membres du Conseil d'État. Une solution devrait par ailleurs être trouvée afin d'éviter le cumul des candidatures sur les listes électorales nationales et européennes.