POLITIQUE & INSTITUTIONS

Action contre le gaspillage alimentaire en gare de Luxembourg



Wak Kat aux fourneaux (Photo: Greenpeace / DE)

Wak Kat aux fourneaux (Photo: Greenpeace / DE)

Le 16 octobre, à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, SOS Faim Luxembourg lance une action contre le gaspillage alimentaire: le public de passage à la gare de Luxembourg aux alentours de midi pourra déguster gratuitement un repas préparé par le cuisiner-militant Wam Kat. Le repas sera préparé à partir de produits issus de l'agriculture biologique et offerts par les réseaux Naturata et Biogros.

Les produits récemment périmés ou ne répondant pas aux normes standards, et donc destinés à la poubelle, prouveront leurs valeurs gustative et nutritive! Cette action veut inciter le public à réfléchir sur nos modes de consommation et, plus en amont, sur les dérives de la production de l'industrie agro-alimentaire.

L'action est organisée en partenariat avec les CFL, natur&ëmwelt, Naturata et Biogros.

En Europe, on estime à 89 millions de tonnes la quantité de déchets alimentaires qui finissent dans les poubelles chaque année. La Commission européenne s’est fixé comme objectif de réduire les quantités de déchets alimentaires de 50% d'ici 2025. A défaut de données disponibles pour le Luxembourg, l'Administration de l'environnement a réalisé une étude sur le sujet au cours de l'année 2012.

Avant la parution de l'étude fin 2013, SOS Faim a pu se procurer ses principaux résultats: au Luxembourg, les causes du gaspillage alimentaire sont diverses. «Il est possible qu'une partie de la population soit mal informée sur le gaspillage et en raison de l'abondance d'aliments, elle ne s'en soucie pas trop. Nous jetons les aliments parce qu'ils ne sont plus bons ou appétissants à nos yeux, ou parce qu'ils sont périmés. Nous jetons aussi des aliments que nous croyons périmés. Il faut en effet distinguer entre la date de péremption et la date de consommation. La date de péremption indique la date jusqu'à laquelle l'aliment garde toutes ses valeurs nutritives. Au-delà de cette date, le produit peut encore être consommé s'il ne présente pas des signes de dégradation. La date de consommation correspond à la date au-delà de laquelle il est conseillé d'éliminer l'aliment. Cette date est indiquée sur les produits périssables. Des achats non planifiés peuvent aussi engendrer du gaspillage alimentaire puisqu'il devient plus probable qu'on n’achète plus que ce dont on a réellement besoin.»

Deux sources de données ont été utilisées pour réaliser cette étude: les résultats de l'analyse des déchets ultimes effectuée en 2009/2010 et les données disponibles sur la collecte de déchets par les communes et les entreprises privées. Les résultats obtenus pour l'année 2010 affichent une quantité de 58.000 tonnes de déchets alimentaires, dont presque 42.000 tonnes proviennent de la poubelle grise (produits non recyclés). En rapportant cette quantité à la population luxembourgeoise, on trouve un taux de 115 kg par habitant et par an qui non seulement ne sont pas consommés, mais qui, de plus, ne sont pas, pour la majeure partie, valorisés par une transformation.

L'action contre le gaspillage alimentaire se déroulera le 16 octobre dans le hall de la gare de Luxembourg, du côté de la Mobilitéitszentral. Le service débutera aux alentours de midi. Les premiers arrivés seront naturellement les premiers servis.

Des brochures d'information seront mises à disposition du public pour mettre en évidence la relation qui existe entre le gaspillage et le problème de la faim dans le monde et pour montrer qu'en modifiant ses pratiques d'achat et de consommation, les consommateurs peuvent réduire le gaspillage alimentaire et donc le gaspillage des ressources naturelles, et contribuer ainsi à une meilleure répartition des ressources.

En parallèle, les gens auront la possibilité de visiter l'exposition "SOS Faim - pour finir avec la faim en Afrique", qui restera en place jusqu'au 25 octobre dans la verrière de la gare de Luxembourg. A travers une série de panneaux, l'exposition donne la parole aux membres des organisations africaines partenaires de SOS Faim.