COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Jonathan Marroyen & Olivier Rozet (Viréo)

«Commettre des erreurs fait partie du jeu»



Olivier Rozet (à gauche) & Jonathan Marroyen (à droite): «À nous de contribuer à un monde innovant où prospérité économique et bien-être au travail ne font qu’un.» (Photo: Fédil)

Olivier Rozet (à gauche) & Jonathan Marroyen (à droite): «À nous de contribuer à un monde innovant où prospérité économique et bien-être au travail ne font qu’un.» (Photo: Fédil)

En amont de l’événement Start-up Stories: Round 1 organisé par le Paperjam Club le mardi 25 février 2020 à l’Atelier, les représentants de la start-up Viréo, Jonathan Marroyen (CEO) & Olivier Rozet (associé), partagent leur vision d’entrepreneurs.

D’où vous est venue l’idée de votre start-up?

«Viréo est née d’un double constat sur la société actuelle. D’un côté, la guerre des talents est déclarée entre les employeurs, les contraintes budgétaires sont omniprésentes et la quête du bien-être devient le graal pour les employés. De l’autre, l’employé est souvent perdu et perdant dans des domaines qui touchent sa vie privée tels que la fiscalité, le développement de son patrimoine ou encore la protection de sa famille.

La mission que notre équipe s’est donnée était de trouver le moyen d’améliorer l’attractivité d’un employeur tout en résolvant des problèmes fondamentaux de ses employés. C’est ce qui a attiré nos premiers clients et mené à notre philosophie actuelle: «Et s’il était possible pour l’employeur d’offrir plus à ses employés tout en dépensant moins?». Comment? Grâce à My Tax, le nouvel avantage salarial que nous avons officiellement lancé au 1er février 2020.

En offrant My Tax à son employé, l’employeur lui donne la possibilité d’effectuer et d’optimiser sa déclaration fiscale en ligne sans aucune connaissance fiscale requise. Pour donner une idée précise du gain de l’employé, les 3.000 employés qui ont pu tester My Tax en 2019 ont, en moyenne, récupéré 612€ dans leur poche. Si l’employeur avait dû offrir ces 612€ à son employé, par exemple sous la forme d’une gratification annuelle, cela lui aurait coûté jusqu’à 1.104€, notamment en raison des charges salariales. Aujourd’hui, l’employeur peut offrir ces 612€ en ne dépensant que 180€, le prix maximum de My Tax. Une économie de 84%, disons que c’est un pari réussi.

On entend souvent qu’il est essentiel de commettre des erreurs. Qu’en pensez-vous?

«C’est tout à fait exact. Commettre des erreurs fait partie du jeu et offre l’opportunité d’améliorer en permanence sa réflexion et son projet. Bien sûr, il faut être capable de se remettre en question et de garder le cap. La réussite n’arrive jamais sans quelques heures de sommeil à rattraper…

Toutefois, certaines erreurs peuvent être fatales. C’est pourquoi nous avons pris la décision de ne pas lancer officiellement My Tax en 2019 mais d’effectuer une période de tests auprès de cet échantillon de 3.000 employés. Cette décision nous a permis de confirmer la prise en charge de toutes les situations (résidents et non-résidents), la simplicité de l’outil et d’obtenir la certification que les déclarations fiscales créées grâce à My Tax sont 100% fiables.

Quelles sont les qualités requises pour lancer une start-up?

«L’empathie est probablement la qualité principale pour créer une start-up. Avant tout, une start-up répond à un besoin. Et pour être capable de déterminer ce besoin, il faut pouvoir se mettre à la place des personnes que vous souhaitez aider. Cela peut paraître logique, mais de nombreux projets qui échouent tirent justement l’origine de leur échec d’un manque d’empathie.

La bienveillance est aussi une qualité primordiale, surtout lorsque vous souhaitez réellement innover. La plupart du temps, si vous désirez qu’un projet réussisse, vous devez avoir la volonté d’apporter une solution bénéfique à votre cible. Cette volonté est à la base des plus grands noms du business, que ce soit Tesla, Airbnb ou encore plus récemment Food4All, la start-up luxembourgeoise de l’année 2019. Toutes ces entreprises qui contribuent au développement de la société à grande échelle ont une vision qui les anime. Et nous avons la même passion avec Viréo, que ce soit pour le Luxembourg ou d’autres horizons. À nous de contribuer à un monde innovant où prospérité économique et bien-être au travail ne font qu’un.»

Vous pouvez vous inscrire à l’événement Start-up Stories: Round 1 sur le site du Paperjam Club .