POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Relations internationales

Le commerce extérieur, enjeu des élections américaines



Cindy Tereba a officiellement pris ses fonctions de directrice des affaires internationales à la Chambre de commerce du Luxembourg en septembre 2019. (Photo: Chambre de commerce du Luxembourg)

Cindy Tereba a officiellement pris ses fonctions de directrice des affaires internationales à la Chambre de commerce du Luxembourg en septembre 2019. (Photo: Chambre de commerce du Luxembourg)

Cindy Tereba, directrice des affaires internationales à la Chambre de commerce du Luxembourg, affirme que les élections n’ont pas eu un impact important sur les relations bilatérales. Mais l’issue de la bataille de 2020 pourrait impacter plus fortement le Grand-Duché.

Les relations commerciales entre les États-Unis et le Luxembourg sont bien sûr stables depuis des décennies. Comme le fait remarquer Cindy Tereba, les États-Unis sont le premier partenaire commercial du Grand-Duché, en dehors de l’UE, pour les marchandises, et le deuxième en termes de services.

En outre, le niveau des investissements étrangers directs du Luxembourg vers les États-Unis et vice-versa est «très élevé».

Les exportations américaines vers le Luxembourg comprennent, par exemple, des équipements TIC et des avions, et la signature récente des accords Artemis par les deux pays ne fait que réaffirmer leur engagement à collaborer en matière de stratégie spatiale. Selon le département d’État américain, les entreprises américaines figurent également parmi les «investisseurs étrangers les plus importants» du Grand-Duché.

En effet, comme le résume Cindy Tereba, dans l’ensemble, «les relations commerciales sont très fortes et importantes, et n’ont pas été (trop) affectées jusqu’à présent, mais les prochaines élections sont à venir…».

Reprendre là où le TTIP s’est arrêté?

Mais s’il fallait trouver un responsable, ça pourrait être le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), une initiative lancée sous l’ancien président américain, Barack Obama, en 2013 et stoppée par l’actuel président américain, Donald Trump, après son entrée en fonction.

Il aurait été le plus grand accord commercial bilatéral de ce type s’il avait été conclu — la Commission européenne estimait à l’époque que les exportations de l’UE vers les États-Unis auraient augmenté de 27% et inversement de 35,7%.

«Pour un pays comme le Luxembourg, qui est très ouvert en termes d’exportation et d’importation, le TTIP était une excellente occasion de développer le commerce avec les États-Unis», déclare Cindy Tereba. «La première élection de Trump a eu un impact considérable sur la base de nouveaux développements commerciaux.»

Une décision du Conseil de l’UE du 9 avril 2019 a rendu obsolètes les directives de négociation pour le TTIP, ajoutant qu’en dépit de la profondeur des investissements bilatéraux et des économies intégrées entre les États-Unis et l’UE, le Conseil a déclaré qu’il s’agissait d’une «relation qui pouvait être encore améliorée». Il a ajouté que «les efforts faits avec les [États-Unis] ont montré qu’il était difficile de négocier des engagements mutuellement acceptables dans des domaines identifiés comme prioritaires par [l’UE]», avec des sensibilités dans des domaines tels que la pêche et les secteurs des produits énergétiques.

Cindy Tereba espère que des négociations pourraient se poursuivre sous la direction de «Joe Biden, qui est beaucoup plus favorable au multilatéralisme» et «n’est pas hostile au multinationalisme», mais elle ajoute, à titre de mise en garde: «Bien sûr, nous n’avons aucune certitude ou confirmation à ce sujet.»

Entrer en contact avec le Wisconsin

Selon Mme Tereba, la pandémie de Covid-19 a incité certaines entreprises à envisager de s’internationaliser. «Il y a certains secteurs au Luxembourg qui saisissent vraiment l’opportunité de poursuivre leurs activités d’exportation, et les États-Unis ont été l’un des marchés qu’ils ont ciblés en premier lieu», dit-elle. Et, heureusement, l’environnement réglementaire et juridique pour s’implanter aux États-Unis est resté plus ou moins le même d’une administration à l’autre.

Alors que la Chambre de commerce et ses partenaires, comme le ministère de l’Économie et Luxinnovation, ont de plus en plus recours à l’arène numérique pour leurs événements commerciaux, avec des missions sur place fortement réduites, l’une de leurs dernières visites a inclus des acteurs du Wisconsin, un État du Midwest qui a un lien fort avec le Grand-Duché par le biais du centre culturel luxembourgeois-américain, dont le musée des racines et des feuilles célèbre également cet héritage partagé. «Nous avons déjà de bonnes relations avec les autorités du Wisconsin en matière de développement des investissements», déclare Mme Tereba. «Sur le plan culturel, c’est une occasion intéressante de nouer des liens, ainsi que sur le plan économique.»

Elle ajoute qu’un événement de type séminaire national sur le Wisconsin est en préparation «pour identifier les opportunités et, espérons-le, les préparer à une visite dans le monde réel», ce qui pourrait permettre aux entreprises locales d’explorer à l’étranger des secteurs tels que les soins de santé, la technologie et l’énergie.

Mais elle ne peut pas dire quand ils recommenceront à voyager, non seulement à cause de la crise sanitaire, mais aussi parce que «le climat n’est pas bon… Vous pouvez le sentir quand vous échangez avec vos partenaires à l’étranger… Nous essayons de proposer la bonne manière de nous connecter avec nos partenaires.»