ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

De la gare au centre-ville

Les commerçants attendent le tram au tournant



Le chantier du tram est dans sa dernière ligne droite avant la mise en service du nouveau tronçon, le 13 décembre, non sans mal pour les commerces environnants. (Photo: Paperjam)

Le chantier du tram est dans sa dernière ligne droite avant la mise en service du nouveau tronçon, le 13 décembre, non sans mal pour les commerces environnants. (Photo: Paperjam)

Plus qu’un mois de patience, et le tram reliera le Kirchberg à la gare, en passant par le centre-ville. Chez les commerçants, l’impatience se fait sentir.

Le brouhaha des engins de chantier et les trottoirs éventrés sont leur quotidien depuis plus de deux ans maintenant: les commerçants de l’avenue de la Liberté décomptent les jours avant le 13 décembre et la mise en service de la prolongation du tramway vers la gare .

«On a hâte que ça redémarre et que le trafic reprenne», commente, sous le couvert de l’anonymat, une commerçante active dans les articles de mode. Un petit peu plus loin, deux boulangères ne mâchent pas leurs mots: «Nous sommes très impatientes que le chantier se termine, il y aura moins de bruit et davantage de trafic devant la vitrine.»

La perte de fréquentation, face visible de l’iceberg

Raisa Peters dit avoir perdu 10 à 15% de sa clientèle dans son commerce dédié aux impressions photographiques. «On voit que beaucoup de commerces ferment, nous essayons de faire de notre mieux, même si c’est difficile, bien sûr. Notre plus grande motivation, c’est de regarder l’image de synthèse du projet terminé, ça sera joli», dit la commerçante, qui connaît d’autres nuisances liées au chantier du tram. Derrière son comptoir, des fissures sont apparues sur les carrelages pendant les travaux à l’extérieur du magasin, tandis que la vitrine a été fendillée au moment de la pose des dalles du trottoir. Un dossier a été ouvert auprès de Luxtram pour des indemnités.

Comme c’est également le cas de ses voisins, la fréquentation de ce commerce a été rognée par le chantier. (Photo: Maison Moderne)

1 / 4

À l’intérieur, des fissures sont apparues sur le carrelage, tandis qu’à l’extérieur, les engins de chantier s’activent dans cette dernière ligne droite. (Photo: Maison Moderne)

2 / 4

Même la vitrine a été fendillée pendant le chantier extérieur. (Photo: Maison Moderne)

3 / 4

«Le tram nous amènera à nouveau de la circulation», espère Guy Foetz, du magasin L’Audiophile. (Photo: Maison Moderne)

4 / 4
L’avenue de la Liberté va devenir la plus belle rue du pays.
Guy Foetz

Guy Foetz,  coordinateur de projets,  L’Audiophile

Et si l’arrivée du tram est désormais une question de jours, les tractopelles et grues continueront à s’activer un petit peu plus haut sur l’axe, au niveau de la place de Paris, qui va connaître un grand lifting pour l’été prochain . «Cela nous gêne d’avoir encore une période de Noël en plein chantier. Mais de l’autre côté, le tram nous amènera à nouveau de la circulation», assure Guy Foetz, coordinateur de projets chez L’Audiophile. Les travaux et la déviation des lignes de bus vers l’avenue de la Gare ont affecté la visibilité de son enseigne spécialisée en matériel hi-fi.

«On est persuadé que l’avenue de la Liberté va devenir la plus belle rue du pays, et ça va attirer les chalands et d’autres commerces. Je pense qu’à la fin, on sera mieux situé ici que dans la zone piétonne du centre, car nous bénéficions du passage du tram, tandis qu’en centre-ville, il faut d’abord stationner, puis marcher jusqu’aux commerces», détaille le commerçant.

Accessibilité et parking, deux maux récurrents

Sur l’axe voisin de l’avenue de la Gare, le trafic des bus est appelé à freiner, une fois le tram mis en service, mais l’impatience est partagée. «On a une perte de visiteurs de 45% à 50%», estime Delphine, vendeuse chez Sephora. «Même si on n’est pas situé sur le tracé du tram, on a vraiment été touché par le chantier. Mais il y a le Covid, aussi», ajoute-t-elle, en plein rangement de coffrets cadeaux.

Difficultés d’accès et de parking, ces maux sont également partagés en ville haute, où la Librairie Ernster est implantée. «On a tous les jours des clients qui nous disent que c’est compliqué de venir en ville», confie Jean-Claude, vendeur dans l’enseigne luxembourgeoise. Bien que la ligne de tram ne passe pas directement devant son commerce, «la fréquentation du magasin a diminué avec les chantiers», assure-t-il. Il suffit, en effet, d’une rue fermée pour que les chalands changent leur itinéraire et ne passent plus devant les commerces.

Mais l’arrivée du tram sur cet axe-clé va aussi influencer les flux de déplacement des chalands: les stations Hamilius, Place de Metz, Place de Paris et Gare centrale accueilleront leurs premiers usagers le 13 décembre prochain. Quant aux engins de chantier, ils mettront un petit peu plus de temps à disparaître du paysage. L’avenue de la Liberté et la gare centrale devraient conjuguer les travaux au passé d’ici au printemps 2021, tandis qu’il faudra patienter jusqu’à l’été pour la place de Paris et celle de Metz.