ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Mesures préventives

Comment stopper la propagation aux caisses des magasins



L’OGBL demande aux grandes surfaces de mettre en place de nouvelles mesures pour protéger le personnel contre le Covid-19. (Photo: Nader Ghavami/Maison Moderne)

L’OGBL demande aux grandes surfaces de mettre en place de nouvelles mesures pour protéger le personnel contre le Covid-19. (Photo: Nader Ghavami/Maison Moderne)

Malgré les restrictions pour éviter la propagation du Covid-19, les caissiers dans les grandes surfaces restent fortement exposés. Entre fourniture de gel hydroalcoolique et rappel des consignes de sécurité aux clients, les enseignes veillent tant bien que mal à leur protection.

Beaucoup d’entreprises demandent à leurs employés de faire du télétravail,  restaurants et commerces non essentiels ferment  pour éviter la propagation du Covid-19. Pendant ce temps-là, les caissiers des magasins alimentaires restent chaque jour en contact direct avec les clients: ils récupèrent les billets, leur rendent la monnaie… Comment les protéger au maximum?

«Le responsable nous donne la possibilité d’aller nous laver les mains régulièrement. Nous avons de quoi nous protéger un minimum», témoigne une salariée à l’accueil chez Cactus Bascharage. Mais, ici comme aux caisses, «il n’y a pas de gants, pas de masques, pour moi nous ne sommes pas protégés», poursuit-elle, en ajoutant que les responsables sont logés à la même enseigne. Les masques sont réservés aux professionnels de santé ou aux personnes infectées et suspectes d’infection.

Situation similaire pour une caissière de chez Auchan à Differdange. Là-bas, on leur demande aussi de nettoyer tapis roulants et terminaux de paiement toutes les heures, ainsi que les poignées des chariots. Si les mesures d’hygiène lui semblent suffisantes, elle ajoute qu’en revanche, «le client est à moins d’un mètre, nous n’avons pas une grande distance de sécurité».

Limiter l’accès aux magasins

Le syndicat Commerce de l’OGBL a reçu plusieurs messages de salariés inquiets ces derniers jours. David Angel, son secrétaire central, dit avoir envoyé dimanche soir aux principaux acteurs de la grande distribution une liste de mesures de sécurité à mettre en place. Parmi ces conseils, la mise à disposition de gel hydroalcoolique pour toutes les personnes en caisse, de gants jetables, les laisser se laver les mains toutes les 15 minutes… «Le plus important à nos yeux serait de limiter l’accès aux magasins pour éviter des  affluences comme celles de jeudi ou vendredi derniers », préconise David Angel.

«Nous avons un autre problème avec les congés extraordinaires.» Le gouvernement permet aux parents qui n’ont pas de solution de garde pour leurs enfants suite à la fermeture des écoles de prendre des congés pour raisons familiales. L’OGBL propose donc de «limiter les horaires d’ouverture des magasins pour réduire les besoins en personnel». 

Remplacer les paniers par des chariots

Conscientes de la situation, les enseignes réagissent. «Il faut que l’on continue à nourrir nos clients. D’un autre côté, nous comptons sur eux pour respecter les règles d’hygiène», déclare Delhaize Luxembourg. L’entreprise a collé des affiches dans ses magasins. On peut y lire «Venez de préférence seul, sans votre famille», «Payez de préférence de manière électronique» ou encore «Touchez uniquement les produits que vous achetez».

Elle prévoit aussi de retirer dès mardi matin les paniers de ses points de vente pour forcer les clients à utiliser des chariots, créant ainsi une plus grande distance de sécurité. «Nous n’avons pas de quoi contrôler, nous comptons sur l’intelligence des clients», souligne l’enseigne belge, qui compte une cinquantaine de magasins au Luxembourg. 

Marquage au sol

Des affiches du même genre sont en train d’être accrochées chez Auchan Luxembourg. L’entreprise vient de mettre en place un marquage au sol en caisse pour assurer les distances de sécurité. Du gel hydroalcoolique avait déjà été distribué au personnel. «Nous aurions tendance à conseiller aux clients de venir au drive, même s’il y a plus d’attente que d’habitude», ajoute l’enseigne française. Elle dispose de six points de vente luxembourgeois et de quatre points relais. Mais pour le moment, impossible d’augmenter les capacités à ce niveau. Cela ne vient pas d’un manque de ressources en personnel, mais d’un manque de créneaux horaires disponibles pour retirer ses courses.

L'enseigne Cactus (47 points de vente) annonce simplement qu’elle «suit à la lettre les consignes à destination des entreprises émises par le ministère de la Santé». Ses magasins ne disposent pas de drive ou de bornes automatiques.