LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être

Reprise d’activité

Comment les salles de fitness accueillent les sportifs



Pour repasser la porte de leur salle favorite, les membres de Jims doivent désormais réserver leur créneau horaire sur l’appli mobile du club. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Pour repasser la porte de leur salle favorite, les membres de Jims doivent désormais réserver leur créneau horaire sur l’appli mobile du club. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Les clubs de sport ont pu rouvrir vendredi 29 mai. Les différentes enseignes garantissent la reprise du sport en toute sécurité, notamment par des systèmes de réservation de créneaux horaires au préalable.

Retrouver le cours de body pump, le banc de musculation ou le tapis de course: c’est désormais possible depuis le 29 mai, date à laquelle les salles de fitness ont été autorisées à rouvrir. Non sans diverses précautions d’hygiène, à grand renfort de gel hydroalcoolique et de distanciation physique.

Le secteur représente environ 500 employés et plus de 40.000 adeptes, selon Jos Horsmans, responsable du département fitness du groupe CK (quatre clubs, à Bertrange, Esch-sur-Alzette, Junglinster, Mersch), qui a débattu de la réouverture des clubs avec le ministère des Sports et celui de la Santé.

Selon lui, il était temps de rouvrir: «Depuis le début du confinement et la fermeture des salles, les gens nous font savoir qu’ils ont pris du poids, se plaignent de maux de dos ou d’états dépressifs. Les gens ont besoin de retrouver une bonne hygiène de vie, ce qui passe par la reprise d’une pratique sportive, qui participe aussi au renforcement du système immunitaire», déclare Jos Horsmans.

Accès sur réservation

«Nous avons beaucoup travaillé sur la réouverture en amont, ce qui nous a permis d’être réactifs», déclare Yves Marchello, administrateur délégué de Jims Luxembourg. Pour repasser la porte de leur salle favorite, les membres de Jims doivent désormais réserver leur créneau horaire sur l’appli mobile du club. La réservation vaut pour 1h30 de présence. Et chaque plage de 1h30 est systématiquement suivie d’un quart d’heure de nettoyage des points critiques de la salle.

Basic-Fit, dont seul le club de Bettembourg n’a pour l’instant pas rouvert, a également opté pour le même système de réservation, via son appli, pour contrôler le nombre de personnes présentes.

CK Fitness a quant à lui un avantage: la taille de ses clubs lui permet d’éviter d’appliquer un tel système de réservation. «À Esch par exemple, nous avons 2.700m2, et même en temps normal, nous n’avons jamais 200 personnes présentes en même temps!»

Différentes mesures d’hygiène ont été appliquées dans les salles, comme la prise de température à l’entrée, proposée par Jims, ou la mise à disposition de gel hydroalcoolique.

Une bonne pratique – qui avait déjà cours avant la pandémie – sera surveillée de plus près, à savoir le nettoyage par le sportif de son «poste de travail» (machine, poids, bancs…).

Autre initiative: «Une machine sur trois a été condamnée pour respecter les règles de distanciation physique et permettre aux membres de pratiquer leur activité sans masque», précise Yves Marchello. CK Fitness a également changé le sens de certaines machines pour que les sportifs expirent dans des directions opposées.

Au club Jims de Beggen, une machine sur trois a été condamnée pour respecter les règles de distanciation physique et permettre aux membres de pratiquer leur activité sans masque. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

1 / 6

Au club Jims de Beggen, une machine sur trois a été condamnée pour respecter les règles de distanciation physique et permettre aux membres de pratiquer leur activité sans masque. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

2 / 6

Au club Jims de Beggen, une machine sur trois a été condamnée pour respecter les règles de distanciation physique et permettre aux membres de pratiquer leur activité sans masque. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

3 / 6

Différentes mesures d’hygiène ont été appliquées dans les salles, comme la  mise à disposition de gel hydroalcoolique, ici au club Jims de Beggen. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

4 / 6

Une bonne pratique, qui avait déjà cours avant la pandémie, sera surveillée de plus près, à savoir le nettoyage par le sportif de son «poste de travail». (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

5 / 6

Une bonne pratique, qui avait déjà cours avant la pandémie, sera surveillée de plus près, à savoir le nettoyage par le sportif de son «poste de travail». (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

6 / 6

Cours collectifs statiques

Quant au matériel comme les tapis en mousse ou les bandes élastiques, il a pour l’instant été mis de côté.

Un rappel utile: «Bien sûr, les machines de musculation ne peuvent plus être partagées entre plusieurs personnes pour s’entraîner les uns après les autres, et les poids ne doivent plus être échangés, comme c’était le cas avant la crise», ajoute Yves Marchello.

Pour les cours collectifs, le système de réservation s’applique également chez Jims, comme chez Basic-Fit. Et du côté de CK Fitness, des croix ont été tracées au sol pour faciliter le placement des sportifs.

Les cours collectifs «de haute intensité» et avec des déplacements sont cependant proscrits. Seuls les cours statiques sont organisés, comme le body pump, le yoga ou le renforcement musculaire, et toujours limités en nombre de participants.

Tandis que les cours en live, mis en œuvre pendant le confinement et proposés par exemple par Jims sur Instagram et Facebook, vont peu à peu s’arrêter .

Enfin, les douches, vestiaires et sanitaires restent accessibles, en respectant quelques règles, comme ne pas boire de l’eau à même le robinet… Mais CK Fitness, qui dispose d’espaces wellness et de saunas, devra les laisser à l’arrêt . «Nos espaces bars respecteront les mêmes règles que celles appliquées dans les restaurants, avec la distance entre les tables et un accès restreint au comptoir», signale Jos Horsmans.

Au club Jims de Beggen, les douches, vestiaires et sanitaires restent accessibles, en respectant quelques règles. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

1 / 2

Les douches, vestiaires et sanitaires restent accessibles, en respectant quelques règles. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

2 / 2