POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Au Luxembourg

Comment le Covid impacte le trajet vers le travail



La gratuité des transports publics, en vigueur depuis le 29 février 2020, ne semble pas avoir amené davantage d’utilisateurs: la voiture reste plébiscitée par 6 résidents sur 10 pour se rendre au travail. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne) 

La gratuité des transports publics, en vigueur depuis le 29 février 2020, ne semble pas avoir amené davantage d’utilisateurs: la voiture reste plébiscitée par 6 résidents sur 10 pour se rendre au travail. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne) 

Du temps pris pour rallier le lieu de travail au moyen de locomotion utilisé en passant par la satisfaction professionnelle: le Statec décortique les déplacements domicile-travail des résidents.

La pandémie de Covid-19 a beau avoir boosté le recours au télétravail, un emploi sur deux au Luxembourg ne peut s’exercer depuis le domicile des salariés , sans oublier les travailleurs qui évoluent en mode hybride, entre télétravail et présentiel.

Bref, le déplacement domicile-travail est loin de se conjuguer au passé pour de nombreux salariés, comme le montre le Statec dans une étude diffusée ce vendredi et riche en enseignements.

1. Le Covid a un peu diminué le temps de trajet domicile-travail

Pour la moitié des résidents, il faut 25 minutes ou moins pour rejoindre son lieu de travail: un temps de parcours amoindri de 10 minutes au 2e trimestre 2020, mais qui s’est quelque peu rallongé au 3e trimestre, à 20 minutes. 

2. La pandémie n’a pas bouleversé les habitudes de mobilité

La voiture reste largement plébiscitée par 6 résidents sur 10. Les transports publics sont trois fois moins utilisés, tandis qu’un tiers des salariés résidents se déplacent à pied vers leur lieu de travail.

Moyens de transport utilisés par les résidents pour se rendre sur leur lieu de travail en 2020. (Illustration: Statec)

Moyens de transport utilisés par les résidents pour se rendre sur leur lieu de travail en 2020. (Illustration: Statec)

3. Les transports publics gratuits ne séduisent pas

Le Statec constate une baisse de l’utilisation des transports publics au second semestre 2020, en particulier de la part des utilisateurs occasionnels. «L’effet positif attendu de l’introduction du transport gratuit ne s’est matérialisé ni au 2e ni au 3e trimestre», conclut l’institut de statistiques.

4. La voiture, plus rapide que les transports publics

La moitié des automobilistes résidents arrivent sur leur lieu de travail en 20 minutes ou moins, selon le Statec. Quant aux utilisateurs des transports publics et aux piétons, leur temps de trajet est de l’ordre de 25 minutes.

5. Les résidents belges et allemands plus rapides pour arriver au bureau

Avec 20 minutes de temps médian de trajet, les résidents de nationalité belge et allemande sont statistiquement les plus rapides pour arriver sur leur lieu de travail, devant les Luxembourgeois et les Français (25 minutes) et les Portugais (30 minutes).

6. Vivre en ville raccourcit les déplacements

Alors qu’en Europe les travailleurs vivant en milieu urbain ont des temps de déplacement plus longs, le Luxembourg fait exception avec un trajet moyen de 20 minutes pour la moitié des travailleurs en zone urbaine, contre 30 minutes pour ceux issus de régions faiblement peuplées. Le phénomène peut s’expliquer par le fait que 35% des employeurs du pays sont basés dans la capitale.

7. Des trajets statistiquement plus longs

En comparaison européenne, les résidents luxembourgeois mettent davantage de temps pour se rendre sur leur lieu de travail: ils sont 55% à mettre moins de 30 minutes, contre 67% dans la zone euro. Seule la Lettonie affiche des temps de déplacement plus longs encore, avec 48% des travailleurs mettant moins d’une demi-heure pour rallier leur lieu de travail.

Le Luxembourg, petit pays aux longs trajets. (Illustration: Statec)

Le Luxembourg, petit pays aux longs trajets. (Illustration: Statec)

8. La mobilité pèse sur la satisfaction

Sans surprise, plus le trajet est long, plus la satisfaction des salariés diminue. 90% des travailleurs ayant moins de 10 minutes se disent satisfaits de leur travail, tandis qu’ils ne sont plus que 74% en cas de trajet de plus de 50 minutes. Par conséquent, la part des salariés cherchant un autre job est plus élevée chez ceux dont les temps de trajet domicile-travail est le plus élevé.

Les travailleurs aux trajets les plus longs recherchent plus souvent un autre emploi. (Illustration: Statec)

Les travailleurs aux trajets les plus longs recherchent plus souvent un autre emploi. (Illustration: Statec)

9. La flexibilité des horaires permet de gagner du temps

Les travailleurs qui peuvent choisir leurs horaires de travail mettent 20 minutes pour rejoindre leur travail, contre 25 minutes pour ceux qui n’ont pas cette liberté.