LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Habitat

Le geste vert

Comment choisir son panneau photovoltaïque?



278234.jpg

Avant d'installer des panneaux photovoltaïques, il convient de se poser quelques questions. (Photo: myenergy)

L’installation d’un système de production d’électricité solaire sur son logement représente un investissement financier pour de nombreux propriétaires, mais participe positivement à la transition énergétique. Gilbert Theato répond aux questions qu’il faut se poser avant d’entamer les travaux.

Quelle est la première question qu’il faut se poser si on décide de faire installer des panneaux solaires sur son logement ?

«Il faut bien entendu se poser la question de la faisabilité de son installation. Pour cela il y a quatre possibilités pour prendre conseil. Il est possible de contacter myenergy qui offre un service de conseils cofinancé par les communes et ne coute donc rien aux particuliers. Cela peut se faire par téléphone ou lors d’un rendez-vous à domicile. Il est par ailleurs possible de prendre conseil auprès d’une personne de l’art, que ce soit un ingénieur ou un conseiller en énergie. Les particuliers peuvent aussi se renseigner auprès de leur commune pour savoir si elle dispose d’un cadastre solaire, ce qui peut donner une première idée sur l’orientation de sa toiture et la faisabilité de son projet. Enfin, il est possible de demander conseil à un installateur qui pourra aussi formuler une première offre en fonction de la situation de l’habitation. Et puis, il faut aussi se poser la question de l’état de sa toiture. Si des travaux sont à prévoir, mieux vaut les faire avant de monter son installation photovoltaïque.

Faut-il demander une autorisation avant l’installation ?

Il faut se renseigner auprès de sa commune, car les exigences diffèrent d’une commune à une autre. Pour le reste, c’est l’installateur qui prend contact avec le gestionnaire du réseau électrique pour voir si les conditions de raccordement sont possibles. En général, il n’y a pas de grands soucis. Après la réalisation des travaux, il faut introduire la demande des aides et demande de rachat de l’électricité pour bénéficier du tarif d’injection sur l’électricité produite. En général, ces démarches sont accompagnées par l’installateur. Si l’installation dépasse les 4 kilowatts-crête (kWc), le bénéfice est imposable, et il faut alors respecter la règlementation fiscale. Tous ces éléments sont aussi repris sur notre site internet . Ce n’est pas très compliqué, mais il faut le prévoir.

Est-ce qu’il existe différents types de panneaux photovoltaïques ? Oui, il y a les panneaux amorphes, monocristalins et polycristallins, mais aujourd’hui ces distinctions n’ont plus tellement d’intérêt. De plus, tous les panneaux font la même taille, qui est normée. Par contre, il faut prêter attention à la puissance spécifique des panneaux qui doit tendre vers une puissance maximale de 400 watts-crête.

Comment connaître la puissance dont on a besoin ? Nous conseillons d’installer le plus de puissance possible, car cela rend l’installation plus rentable puisque plus on produit d’électricité, plus on peut en réinjecter dans le circuit et être rémunéré pour cela. Mais en général, pour un ménage moyen composé de 4 personnes, une puissance de 5 à 6 kWc peut suffire, ce qui correspond à environ 40m2 de panneaux.

Quels critères dois-je utiliser pour choisir mon panneau photovoltaïque ? Il faut regarder la puissance spécifique pour qu’elle tende le plus possible vers les 400 watts. Puis, regarder la durée de garantie générale. Habituellement, elle est de 10 ans. On pourra aussi veiller à avoir une garantie sur l’ondulateur, qui est généralement à prendre en plus. Il faut aussi regarder la garantie sur la puissance d’efficacité avec l’âge, qui est en général donnée sur une échelle de 25 ans.

Est-ce qu’un panneau moins cher produit la même énergie qu’un panneau solaire plus cher ? Peut-être pas, c’est pour cela qu’il faut regarder la puissance spécifique des panneaux qui sont proposés par les installateurs. Ce qui fait aussi varier le prix est la garantie qui est liée au panneau, la garantie générale, qui est la plupart du temps de 10 ans. On pourra aussi acheter une garantie sur l’onduleur, qui est la machine qui transforme l’énergie produite par le panneau en électricité capable d’être injectée dans le réseau. Par ailleurs, il convient de regarder la garantie de la puissance, c’est-à-dire l’efficacité de l’installation après un certain âge, qui est généralement donnée sur 25 ans avec un pourcentage d’efficacité. Il faut aussi être conscient que le coût d’une installation photovoltaïque dépend beaucoup de la situation de la toiture, s’il y a beaucoup de cheminées ou de fenêtres de toit, tout comme du revêtement de la toiture. En moyenne, on peut estimer une fourchette raisonnable située entre 1400 et 1900€/kWc, sous réserve de la situation réelle de la toiture.

Existe-t-il des aides pour financer une installation photovoltaïque ? Il y a les aides du ministère de l’Environnement avec PRIMe House qui peut représenter jusqu’à 20% du coût d’investissement, avec un plafond de 500€/kWc. Puis le ministère de l’Énergie rémunère l’électricité injectée dans le réseau. Cette rémunération a beaucoup augmenté cette année, ce qui en fait une mesure incitative. C’est donc le bon moment pour investir dans une installation photovoltaïque. Et il faut aussi se renseigner auprès de sa commune, car il y a souvent des aides communales à l’investissement qui sont disponibles et qui viennent compléter les aides offertes dans le cadre de PRIMe House. Pour mieux s’y retrouver parmi toutes ces aides, myenergy a développé une app, myrenovation , qui rassemble toutes les aides disponibles, y compris celles des communes.

Comment choisir le bon installateur ? Il n’existe pas de label que l’on puisse conseiller. Donc il faut juger par soi-même et ne pas hésiter à comparer les offres.

Faut-il intégrer une batterie solaire dans le système plutôt que de renvoyer l’électricité dans le réseau électrique ? C’est au libre choix de chacun, mais si on cherche une bonne rentabilité par rapport au coût d’installation, je préconiserai plutôt d’injecter l’électricité produite dans le réseau plutôt que de la stocker dans une batterie solaire.

Une fois installé, quel sera l’entretien nécessaire ?

L’entretien est très faible. Il faudra peut-être éventuellement procéder à un nettoyage des panneaux et prévoir une visite de contrôle tous les 5 à 10 ans. Mais pas grand-chose de plus, mis à part de s’assurer que l’installation produit correctement, et le cas échéant, faire intervenir un installateur.

En général, le retour sur investissement est réalisé en 8 à 11 ans, et on produit de l’électricité propre. Il est possible ainsi de participer activement à la transition écologique. Pour les personnes qui sont locataires, il existe aussi la possibilité de participer à cette transition, en devenant membre d’une coopérative de production d’énergie photovoltaïque.