ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Patrimoine

Le cloître Saint-François transformé en appartements



Le cloître Saint-François a été restauré et transformé en logements de haut standing. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Le cloître Saint-François a été restauré et transformé en logements de haut standing. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Après 10 ans de travaux et de transformations, le cloître Saint-François est livré à ses nouveaux occupants pour du logement haut de gamme en centre-ville, à Luxembourg, dans un cadre patrimonial hors du commun.

Les racines du cloître Saint-François remontent à très loin, encore avant les origines de la création du pays en 963 puisque, dans les sous-sols, des murs vieux du 7e siècle ont été retrouvés par les archéologues. Aujourd’hui, cet ensemble patrimonial se situe en plein cœur de Luxembourg, dans la zone protégée par l’Unesco, sur les anciens remparts et à l’emplacement de l’ancien bastion des Dominicains.

L’ancien couvent en lui-même date du 18e siècle et était occupé par la Congrégation des Sœurs Franciscaines de la Miséricorde depuis le milieu du 19e siècle grâce à la générosité de Mme Pescatore qui leur avait fait un don conséquent pour permettre cette acquisition. Les sœurs recevaient entre ces murs des personnes malades, du choléra entre autres, et y ont également ouvert la première clinique ophtalmique de la ville.

Vue de la façade extérieure du cloître Saint-François. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 4

Un maximum d’éléments patrimoniaux est conservé. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 4

Vue intérieure du cloître. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

3 / 4

 Plusieurs entrées desservent le site. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

4 / 4

Plus récemment, l’ancien couvent a été vendu pas les Sœurs Franciscaines, qu’elles ont quitté en 2011, et a été racheté par Le Cloître SA pour en faire des logements d’exception. Au total, 20 appartements sont répartis dans les bâtiments d’une surface totale d’environ 7.000m2, articulés autour du cloître et se logeant jusque dans l’ancienne chapelle. «Les nouveaux habitants de ces lieux vivent au cœur de 13 siècles d’histoire», rappelle Claude Frisoni qui a mené une visite guidée atypique organisée le 12 mai dernier par Unicorn, agence en charge de la commercialisation de ces biens, dont quatre sont encore sur le marché. 

Évidemment, un maximum d’éléments patrimoniaux est conservé au sein de ces murs, tout en réalisant des transformations qui assurent le confort moderne – transformations menées par l’architecte Marc Werner avec la collaboration du Service des sites et monuments nationaux.

Vue intérieure d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 9

Vue intérieure d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 9

Plusieurs appartements profitent d’une terrasse avec une vue exceptionnelle. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

3 / 9

Vue intérieure d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

4 / 9

Vue intérieure d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

5 / 9

Vue sur les toits de la vieille ville, avec le Kirchberg, au fond. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

6 / 9

Vue intérieure d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

7 / 9

Vue intérieure d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

8 / 9

Vue sur le Grund depuis la terrasse d’un des appartements. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

9 / 9

À l’intérieur, les appartements de 100 à 300m2 sont équipés de tout le confort moderne, et plusieurs bénéficient de terrasses exceptionnelles jouissant d’une vue privilégiée sur la corniche, la vieille ville et le Grund, un site qui a séduit autrefois Goethe ou Victor Hugo.

Vue du sous-sol. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 4

Vue du sous-sol. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 4

Vue du sous-sol. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

3 / 4

Vue du sous-sol. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

4 / 4

Au sous-sol, un espace de 465m2 est dédié à une activité commerciale. C’est là que se trouvent les vestiges du 7e siècle, dans une enfilade d’espaces qui se déploient de manière organique et qui doivent encore trouver leur occupation future.