POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

visite de la présidente de la commission européenne

Climat, finances et Brexit



La présidente de la Commission et le Premier ministre ont évoqué des sujets brûlants de l’actualité européenne, du Brexit au budget de l’UE en passant par la lutte contre le changement climatique (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

La présidente de la Commission et le Premier ministre ont évoqué des sujets brûlants de l’actualité européenne, du Brexit au budget de l’UE en passant par la lutte contre le changement climatique (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a mené une réunion de travail avec le Premier ministre Xavier Bettel lundi midi à Luxembourg.

Mme von der Leyen et M. Bettel ont évoqué le Green New Deal présenté par la Commission en décembre ainsi que le cadre financier pluriannuel – le Grand-Duché affichant un soutien sans faille au projet de budget défendu par la Commission – et le Brexit.

«Le Grand-Duché salue l’adoption du pacte vert et se félicite de l’ambition recherchée avec l’objectif de neutralité climatique de notre Union d’ici 2050. La transition vers une économie neutre d’ici 2050 n’est pas seulement une contrainte, mais présente aussi de nombreuses opportunités dont on oublie trop souvent de parler», a indiqué M. Bettel. Lequel a rappelé la position du Luxembourg concernant le nucléaire, «une source d’énergie peu sûre, non durable et dont les coûts assimilés sont souvent sous-estimés».

Sans budget européen ambitieux, moderne et réformé, le marché unique restera fragmenté.
Xavier Bettel

Xavier Bettel,  Premier ministre

Le Premier ministre a également souligné son soutien aux propositions initiales de la Commission concernant le cadre financier pluriannuel, c’est-à-dire le budget de l’UE, qui ont le mérite de «mieux prendre en compte les politiques pour l’avenir comme le climat, le numérique et la recherche». «Sans budget européen ambitieux, moderne et réformé, le marché unique restera fragmenté. Nous ne pourrons pas financer adéquatement nos priorités politiques.»

Soulignant la nécessité de «faire plus» souvent répétée lors des conseils européens, il considère qu’«il faut se donner les moyens de faire plus». Notamment en ne coupant pas 2 milliards d’euros dans le budget de la fonction publique européenne. «On ne peut pas s’attendre à un service de haute qualité ni se donner un agenda ambitieux en se disant qu’on ne le fera plus avec personne.»

Mme von der Leyen poursuit sa tournée des capitales européennes. Elle a profité de la séance solennelle à la Cour de justice de l’UE, devant laquelle la Commission devait prêter serment lundi, pour rencontrer le chef de gouvernement. Ils ont donné une courte conférence de presse à l’issue de leur réunion.