POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

état de la nation

Climat et protection des données



274518.jpg

Xavier Bettel: «L’Histoire nous apprend que les améliorations viennent toujours avec l’innovation, le développement des techniques et de l’industrie.» (Photo: Nader Ghavami)

Le Premier ministre Xavier Bettel a axé son discours sur l’état de la Nation autour de la volonté d’aller de l’avant face aux défis rencontrés par la coalition, comme par le pays.

C’est par un hommage appuyé à Félix Braz  (Déi Gréng), le vice-Premier ministre terrassé par un malaise cardiaque fin août , que M. Bettel  (DP) a entamé son discours sur l’état de la Nation. «C’est difficile pour moi de me tenir devant vous», confie le Premier ministre face à la chaise vide laissée par le ministre Déi Gréng.

Félix Braz, un ami et un pilier

Évoquant un «ami», un «pilier», «il a rendu possible chaque succès de la coalition et du Luxembourg». Un membre du gouvernement sans lequel il faut désormais continuer, en lui souhaitant de se rétablir. Mais la responsabilité du gouvernement étant de maintenir la qualité de vie du Luxembourg, Xavier Bettel en a appelé «aussi à l’opposition». «Le fonctionnement de l’économie et la qualité de vie doivent être des objectifs «communs», souligne-t-il.

L’Histoire nous apprend que les améliorations viennent toujours avec l’innovation.
Xavier Bettel

Xavier Bettel,  Premier ministre

Consacrant une bonne moitié de son discours aux enjeux climatiques, le Premier ministre souligne ceux rencontrés par le Luxembourg , lui aussi touché par des phénomènes climatiques dramatiques, comme les inondations ou la tornade de l’été dernier . Mais rappelle en quoi le pays est un bon élève, septième de l’UE en matière de photovoltaïque par rapport au nombre d’habitants. Un bon élève également en matière de développement des transports publics, des infrastructures de bus, de train et la gratuité des transports publics qui sont des «éléments supplémentaires du puzzle qui représente nos efforts pour réduire les émissions de CO2».

274523.jpg

Le Premier ministre Xavier Bettel a évoqué la question de la protection des données après un printemps et un été marqués par l’affaire du «casier judiciaire bis». (Photo: Nader Ghavami)

«L’Histoire nous apprend que les améliorations viennent toujours avec l’innovation, le développement des techniques et de l’industrie», ajoute le Premier ministre, décidant de s’attarder sur les opportunités que représente l’installation, à Bissen, du data center de Google . Comprenant les questions de la population concernant la consommation de ressources naturelles, il assure que le gouvernement a obtenu la garantie que le bâtiment serait «aussi efficient que possible et diminuerait sa consommation».

Des investissements qui dépassent les 3 milliards

Revendiquant un gouvernement qui va de l’avant et ne se contente pas de continuer, le Premier ministre a encore repris, comme de tradition, un état des lieux de la situation économique florissante du pays – et en particulier de ses finances, avec des investissements dépassant les 3 milliards d’euros «pour, et pas aux frais, des prochaines générations».

Il a aussi évoqué la question de la protection des données après un printemps et un été marqués par l’affaire du «casier judiciaire bis» . Avec un prochain projet de loi sur la vidéosurveillance et l’engagement de la police, comme de la justice, de revoir leurs règles en matière de traitement des données, le gouvernement prend les choses en main, assure-t-il. Il propose que le Commissariat à la protection des données auprès de l’État soumette un rapport sur l’application de la loi sur la protection des données par l’État, avec débat à la Chambre.

M. Bettel a achevé son discours par quelques pistes sur la réforme fiscale à venir , citant l’individualisation de l’imposition. Et terminé en répétant que le Luxembourg était un pays de dialogue – au moment où le dialogue social tripartite semble en danger.