ENTREPRISES & STRATÉGIES — Finance & Légal

Mon premier job (7/10)

Christiane Chadoeuf: «J’ai décidé de ne pas démissionner»



Christiane Chadoeuf a commencé sa carrière en tant qu’auditrice junior chez Deloitte à Paris. (Photo: Deloitte Luxembourg)

Christiane Chadoeuf a commencé sa carrière en tant qu’auditrice junior chez Deloitte à Paris. (Photo: Deloitte Luxembourg)

Cet été, Delano interroge des professionnels luxembourgeois sur leur première expérience professionnelle. Cette semaine,  Christiane Chadoeuf, partner et audit & assurance leader chez Deloitte, évoque sa longue carrière au sein du cabinet et l’offre d’emploi qui aurait pu, un jour, la tenter et la faire partir.

Quel a été votre tout premier emploi?

Christiane Chadoeuf . – «Chez Deloitte. Avec le recul, après 24 ans, cela semble incroyable... Je n’avais pas l’intention de rester aussi longtemps, mais je suis toujours dans la même entreprise 24 ans plus tard, même si j’ai commencé à Paris. J’ai débuté en tant que ‘junior’, comme sont appelées les nouvelles recrues dans le département d’audit et d’assurance.

Seriez-vous prête à redevenir ‘junior’, pour un jour?

«Oui, tout à fait! Au cours de ces 24 années, le temps a filé. Chaque année a été différente, et ce qui est incroyable dans ce travail, c’est qu’un jour n’est jamais le même. Il y a toujours de nouveaux défis, de nouveaux clients, de nouvelles réunions, de nouvelles personnes, de nouvelles équipes – alors, d’une certaine manière, en une seconde, vous pouvez oublier comment c’était de commencer. Donc, oui, j’aimerais me remettre dans la peau d’un nouvel arrivant pour voir comment il se sent, parce que là où je suis, là où je me trouve, j’ai tendance à ne pas m’en souvenir. J’aimerais être comme une souris, comme un fantôme, ne pas être connue et être simplement avec eux.

Vous entendiez-vous bien avec votre patron à vos débuts?

«Oui. Sinon, je ne serais pas assise où je suis aujourd’hui! Mais, dans le domaine de l’audit et de l’assurance, vous travaillez avec beaucoup de personnes différentes. Je dirais que j’ai appris de chacune d’entre eux. On s’entend mieux avec certains qu’avec d’autres... Alors avec certains, c’était difficile. Mais on finit par comprendre que, dans la vie professionnelle, rien n’est personnel. Tout est lié au travail. Je pense que vous devez tirer le meilleur parti de votre patron, quel qu’il soit, pour vous améliorer, et après cela, c’est à vous de jouer.

Vos anciens collègues seraient-ils surpris d’apprendre que vous occupez votre poste actuel?

«C’est une question déroutante! Je ne sais pas si je suis la personne qui peut y répondre le mieux. Je ne sais pas... Oui. Oui, d’une certaine manière, car je n’ai jamais eu pour objectif de me retrouver exactement là où je suis. Mes objectifs ont toujours été de vraiment aimer ce que je fais, de travailler pour mon entreprise, de travailler pour mon équipe, de m’assurer que je faisais mon travail de réviseur d’entreprises avec confiance et intégrité. Ce sont donc mes devises. Je pense avoir changé... mais je reste aussi la même personne qui, lorsqu’elle est arrivée en tant que junior, voulait simplement s’assurer que ses performances dépassaient les attentes.

Vous souvenez-vous de ce que vous avez fait de votre premier salaire?

«Oui, je m’en souviens: je me suis offert, ainsi qu’à mon petit ami de l’époque, un très bon dîner dans un restaurant réputé de Paris.

Avez-vous déjà envisagé de démissionner?

«J’ai un jour fait toutes les démarches pour démissionner, oui. J’ai passé quelques entretiens et j’avais même un contrat en main avec une autre société. Ce n’était pas du tout lié à l’audit ou, disons, au secteur financier. Et… soit je n’ai pas osé, soit il y avait quelque chose en moi qui me disait de ne pas partir. J’ai finalement décidé de ne pas quitter Deloitte.

Quel était le poste qui vous tentait?

«À l’époque, je voulais être un auditeur interne, pas un auditeur externe – pour vraiment, vous savez, examiner les contrôles internes d’une entreprise. J’étais jeune, je voulais voyager dans le monde entier. Je rêvais de pouvoir visiter différents endroits lorsque je faisais des contrôles internes pour une entreprise.»