POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Impact du Covid-19

Chômage partiel facilité pour les membres Horesca



Plus question de prétendre au chômage partiel sans plan de redressement ou plan de maintien dans l’emploi. (Photo: Simon Verjus/archives Maison Moderne)

Plus question de prétendre au chômage partiel sans plan de redressement ou plan de maintien dans l’emploi. (Photo: Simon Verjus/archives Maison Moderne)

Les nouvelles conditions d’octroi du chômage partiel poussent certains restaurateurs à s’affilier à la fédération Horesca.

«Il y a eu quelques nouvelles affiliations, mais ce ne sont pas non plus des centaines», tempère d’emblée François Koepp , secrétaire général de la fédération Horesca.

Le fait est que le régime spécial d’octroi du chômage partiel dans le cadre du Covid-19 n’est plus . Le régime en vigueur depuis juillet prévoit son octroi dans le cadre d’un plan de maintien dans l’emploi pour les entreprises de 15 salariés et plus ou dans celui d’un plan de redressement pour les plus petites structures.

Si le Comité de conjoncture a encore accepté des demandes hors de ce cadre pendant deux mois, de manière à laisser le temps aux entreprises de prendre leurs dispositions, cette période de tolérance a pris fin, confirme à Paperjam le ministère de l’Économie.

Désormais, pour prétendre à cette aide étatique, un restaurant, par exemple, doit d’abord disposer d’un plan de redressement ou d’un plan de maintien dans l’emploi.

Une facilité pour les membres

Cela implique donc une étape administrative conséquente qui doit être soumise au Comité de conjoncture. La fédération Horesca propose à ses membres de bénéficier de son plan de maintien dans l’emploi collectif , un élément que François Koepp qualifie de «facilité» vis-à-vis de ses quelque 1.350 affiliés.

«La fédération fait tout pour qu’il y ait des avantages pour ses membres», soutient le responsable. «C’est la fédération Horesca qui a confectionné les aides étatiques, mais ce n’est pas nous qui les avons octroyées», insiste-t-il. L’affiliation à l’organisation professionnelle coûte entre 105 et 150 euros par an selon le type d’établissement.

En août dernier, 1.424 demandes de chômage partiel ont été accordées au Luxembourg selon les données du Comité de conjoncture. C’est moitié moins qu’un an plus tôt, lorsque 3.147 requêtes avaient été comptabilisées, tous secteurs confondus. Pour ce mois de septembre, le compteur a encore diminué à 734 demandes .

Le Luxembourg compte actuellement 2.732 entreprises d’hébergement et de restauration, selon le dernier Répertoire des entreprises luxembourgeoises du Statec.