LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Style

Manger, s’habiller, partir…

Les choix de Raymond Schadeck



Raymond Schadeck aime la forêt, le Cachemire et Neil Young. Découvrez ci-dessous la face B de cet homme engagé au tempérament jovial. (Photo: Maison Moderne Publishing SA)

Raymond Schadeck aime la forêt, le Cachemire et Neil Young. Découvrez ci-dessous la face B de cet homme engagé au tempérament jovial. (Photo: Maison Moderne Publishing SA)

Raymond Schadeck a été CEO d’EY et exerce, depuis 2010, comme administrateur indépendant dans différentes entités au Luxembourg. Très engagé dans la finance durable et d’impact, il apparaît comme soucieux du monde que nous laisserons aux générations futures.

Président de Luxembourg Microfinance and Development Fund depuis 2018, Raymond Schadeck préside également Luxexpo the Box et Investing for Development Sicav. Il siège à la Banque Raiffeisen, chez Minusines, CDCL, Deveco , SnapSwap, Intesa SanPaolo Int. Holding, Banca Intesa Beograd et Private Equity International. De 2011 à 2019, il fut vice-président du Conseil supérieur pour un développement durable. Il présida aussi l’ILA, de 2015 à 2019. Très engagé, il est président de la UP Foundation, membre du conseil de la Fondation EME, de Infino asbl et de l’EPI asbl. Il siège aussi au conseil d’administration de la Luxembourg Sustainable Finance Initiative. Depuis juillet 2020, Raymond Schadeck préside le board of regents du Welch College of Business & Technology de la Sacred Heart University à Luxembourg et l’Université dans la Nature, à Montréal.

Quel est votre plat préféré?

Raymond Schadeck . – «Kniddelen mat Speck! Oui, les goûts changent, mais c’est depuis plus de 60 ans un de mes plats préférés.

Votre restaurant favori au Luxembourg?

« Owstellgleis, à Hostert . Je crois pouvoir dire que je suis un client fidèle depuis plus de 25 ans, le patron est devenu un copain. Il a une belle offre de qualité stable à des prix raisonnables, une superbe équipe très fidèle elle aussi et une superbe terrasse dans la nature à cinq minutes du Kirchberg. Seul bémol: il n’offre pas encore ma bière préférée.

Qui est… ?

« Simon Pils .

Selon vous, quel rôle joue l’apparence physique dans votre univers professionnel ?

«Ce n’est pas l’apparence physique qui fait la valeur d’une femme ou d’un homme! Tout au long de ma vie, je me suis laissé guider par ma perception des valeurs d’une personne, que ce soit à titre professionnel ou privé! Et oui, évidemment, j’ai accepté le risque de me tromper, ce qui n’a été que rarement le cas, néanmoins.

Les «dress codes» professionnels sont-ils devenus «has been»?

«Oui. Les jeunes générations ont changé de valeurs, et les aspects de développement durable prennent de plus en plus le pas, même dans les ‘dress codes’!

Quel serait votre déguisement de carnaval de prédilection?

«Clown – oui, je suis de ceux qui aiment rire, faire rire et propager des ondes positives.

Quel est le dernier voyage que vous ayez fait?

«L’Islande. Je n’ai jamais vu un pays qui offre tellement de paysages différents. On en a vraiment pris plein les yeux!

Quelle est la destination qui vous fait rêver?

«Le Cachemire. C’est, pour moi, la parfaite symbiose entre paysages et cultures. Des vues et des personnes qui sont gravées dans ma tête depuis longtemps! Si jamais il y a un paradis sur Terre, il doit être là…

Quel est l’endroit qui vous ressource plus que tout?

«La forêt! J’ai grandi dans la forêt! C’est là qu’on a construit nos premières cachettes, c’est là qu’on a fait nos premières conneries, c’est là qu’on a fumé nos premières clopes, échangé nos premiers baisers, et j’en passe! Une sorte de refuge, qui a su aussi me distraire, m’aider à trouver des solutions à pas mal de problèmes, où je me suis retiré pour préparer des examens ou pour prendre des décisions de carrière. Et surtout, m’aider à me faire comprendre que nous, humains, faisons partie de la nature et ne sommes pas un élément en dehors de la nature.

Un personnage ou quelqu’un qui vous inspire au quotidien, et pourquoi?

« Severn Cullis-Suzuki . En 1992 au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, alors âgée de 12 ans, elle a tenu un discours très similaire à celui de Greta Thunberg en 2018-2019, et n’a jamais arrêté son combat écologique depuis. Elle avait accepté d’être la conférencière à un événement à Luxexpo the Box au printemps 2020; événement qui a malheureusement dû être annulé à cause de la crise sanitaire.

Une citation qui vous ressemble?

«C’est une citation de Coluche d’il y a plus de 40 ans: ‘Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser’. Elle n’a jamais été aussi pertinente que maintenant, et ce à tous les niveaux. Il est vital, vraiment vital, de pousser d’autres portes si on veut offrir un avenir aux générations futures.

Un film qui vous a ému aux larmes? 

«Larmes de rire! ‘Le dîner de cons’, avec Jacques Villeret et Thierry Lhermitte. 

Un artiste ou un auteur qui a influencé vos choix professionnels?

« Yuval Noah Harari avec ses livres ‘Sapiens : Une brève histoire de l'humanité’, ‘Homo Deus’ et ‘21 Lessons for the 21st Century’.

Quel est le dernier morceau de musique que vous ayez téléchargé ou acheté physiquement?

«Mon premier album en 1972: ‘Harvest’ de Neil Young ! Avec la chanson ‘Heart of Gold’, qui continue à faire vibrer les générations nouvelles

Dernier téléchargement: ’Mesdames‘ de Grand Corps Malade – ode très sobre, que je partage à 100%, aux femmes, à leur courage et à leur beauté!

Un artiste ou groupe favori ?

« Xavier Rudd , avec ses chansons qui s’inspirent de thèmes de conscience sociale tels que l’humanité, l’environnement et les droits des populations indigènes… bref, un activiste du développement durable!»

 Cet entretien est issu de la newsletter Paperjam Finance, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité financière au Luxembourg.  Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.