POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Avec l’ambassadrice chinoise au Grand-Duché

«La Chine est prête à renforcer sa coopération avec le Luxembourg»



Discrète dans les médias, SE Yang Xiaorong a répondu par écrit aux questions de Paperjam. (Photo: ambassade de Chine au Luxembourg)

Discrète dans les médias, SE Yang Xiaorong a répondu par écrit aux questions de Paperjam. (Photo: ambassade de Chine au Luxembourg)

Un an après son entrée en fonction, la nouvelle ambassadrice de Chine au Luxembourg, Yang Xiaorong, aborde les liens économiques, culturels et diplomatiques entre les deux nations.

Plutôt discrète dans les médias, l’ambassadrice de Chine au Luxembourg, Yang Xiaorong, a accepté – après plusieurs demandes étalées sur des mois – de répondre à distance aux questions de Paperjam.

La diplomate est le 15e ambassadeur de Chine au Luxembourg. En poste précédemment à Madagascar, elle souligne l’étroitesse des liens qui unissent Pékin et Luxembourg, mais revient aussi sur la pandémie de Covid-19 qui a été signalée en novembre 2019 dans l’empire du Milieu.

Vous êtes ambassadrice de Chine au Luxembourg depuis un an. Comment s’est déroulée cette première année en poste?

Yang Xiaorong. – «Dès que j’ai mis les pieds sur la terre du Luxembourg, en septembre 2020, j’ai profondément ressenti l’amitié du peuple luxembourgeois envers la Chine. Au cours de l’année écoulée, la coopération amicale sino-luxembourgeoise s’est renforcée de jour en jour, les échanges politiques se sont approfondis sans cesse, les échanges culturels et éducatifs se sont développés constamment, et la coopération économique et commerciale a réalisé de nouveaux progrès malgré l’épidémie, surtout dans les domaines du fret aérien et de la finance verte. Durant les sept premiers mois, le volume d’importations et d’exportations entre nos deux pays a atteint 210 millions de dollars, soit une augmentation de 58,8% en glissement annuel. Jusqu’à la fin du mois de septembre, la «route de la soie aérienne» Zhengzhou-Luxembourg a opéré au total 466 vols, soit une augmentation de 20,8% en glissement annuel. Plusieurs banques chinoises ont émis successivement des obligations vertes à la Bourse de Luxembourg. La coopération financière verte est devenue un nouvel atout dans notre coopération bilatérale. Les relations sino-luxembourgeoises sont déjà devenues l’exemple d’une coopération mutuelle bénéfique entre deux pays de taille différente.

Connaissiez-vous le Luxembourg avant d’y venir?

«Je suis venue une fois au Luxembourg lors d’un voyage en mission, et j’ai été profondément impressionnée par votre paysage admirable, votre patrimoine historique bien préservé et la grande chaleur de votre peuple. Cette fois-ci, durant mon séjour au Luxembourg comme ambassadrice, j’ai découvert un urbanisme plus moderne, des installations environnementales plus avancées et un développement économique plus dynamique.

Le Luxembourg reste toujours la troisième nation de destination des investissements chinois en Europe.

SE Yang Xiaorong,  ambassadrice de Chine au Luxembourg

L’an dernier, à l’occasion du 71e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, vous souligniez dans votre discours que «le Luxembourg constitue la troisième plus grande destination des investissements chinois en Europe». Est-ce toujours le cas aujourd’hui?

«Durant ces dernières années, les investissements chinois au Luxembourg ont affiché une croissance constante dans l’ensemble, et le Luxembourg reste toujours la troisième nation de destination des investissements chinois en Europe.

Avez-vous des chiffres à livrer quant aux investissements chinois consentis en Europe, et en particulier au Luxembourg, en 2020?

«Selon le ministère chinois du Commerce, l’investissement direct chinois au Luxembourg, en 2020, a atteint 829 millions de dollars américains, soit une augmentation de 20,85% en glissement annuel. Jusqu’à la fin de 2020, le stock d’investissement direct chinois au Luxembourg est de 16 milliards de dollars américains. En 2020, l’investissement direct chinois en Europe est de 12,7 milliards de dollars américains, soit une augmentation de 20,6% en glissement annuel. La Chine est prête à renforcer encore davantage sa coopération d’investissements à double sens avec le Luxembourg et l’Europe afin de créer plus d’opportunités de développement.

La pandémie de Covid-19 a été vécue de manière fort différente entre la Chine et l’Europe: la Chine a opté pour un confinement strict, puis pour un pass sanitaire basé sur le «contact tracing». Quels sont les avantages de ce traçage?

«Face à la pandémie, la Chine, qui place le peuple et sa vie au-dessus de tout, a adopté les mesures de prévention les plus complètes et strictes contre le Covid-19, y compris l’isolement strict des patients et l’utilisation de code de santé. La Chine, en faisant tout son possible pour qu’aucune personne infectée ni aucun patient ne soit oublié, a contrôlé de façon efficace la propagation de la pandémie dans les plus brefs délais, repris progressivement son développement économique et social, et bien respecté la vie et la dignité de chacun.

Quels sont les engagements de la Chine en matière de coopération mondiale anti-épidémique?

«La pandémie de Covid-19 prouve encore une fois que nous vivons dans un même village planétaire et que nous devons rester unis et renforcer davantage notre coopération. Pendant la période la plus dure de sa lutte contre la pandémie, la Chine a bénéficié du soutien et d’aides de nombreux pays, y compris le Luxembourg. En revanche, la Chine a engagé une opération humanitaire internationale de grande envergure: offrir plus de 1,4 milliard de doses de vaccins à plus de 100 pays et organisations internationales, offrir du matériel médical à près de 200 pays et organisations internationales. De plus, d’ici trois ans, la Chine accordera une aide de 3 milliards de dollars américains pour soutenir le rétablissement sanitaire et la reprise économique et sociale des pays en développement.

Il ne s’agit pas d’une enquête, mais d’une recherche conjointe sur le traçage de l’origine du virus.

SE Yang Xiaorong,  ambassadrice de Chine au Luxembourg

Le Covid-19 a pour la première fois été signalé en Chine au mois de novembre 2019. Pékin s’est toutefois opposé à une nouvelle enquête de l’OMS sur son sol pour rechercher les origines du virus. Pourquoi?

«À la lumière de l’esprit d’ouverture, de transparence et de science, la Chine soutient et participe activement à la coopération internationale sur la recherche de l’origine du virus. La Chine a été le premier pays à signaler la situation épidémique à l’OMS et a publié dans les plus brefs délais la séquence génétique du virus et d’autres informations-clés. La Chine a déjà invité à deux reprises les experts de l’OMS à mener des études conjointes sur l’origine du virus en Chine. Il faut clarifier qu’il ne s’agit pas d’une enquête, mais d’une recherche conjointe sur le traçage de l’origine du virus. En mars 2021, l’OMS a publié un rapport de recherche conjoint Chine-OMS et précisé des conclusions scientifiques telles qu’«une fuite de laboratoire est extrêmement improbable», etc. En effet, l’identification des origines du nouveau coronavirus est une question scientifique complexe. Ce travail devrait et ne pourrait être accompli que par les scientifiques du monde entier à travers leurs recherches conjointes. La Chine s’oppose fermement à toute forme de politisation de la recherche de l’origine du virus et continuera de soutenir et de participer à la coopération mondiale en matière d’études sur l’origine du virus.

Actuellement, il est très difficile – pour ne pas dire impossible – pour les touristes européens de voyager en Chine. Quand estimez-vous que la Chine rouvrira ses frontières aux visiteurs étrangers?

«J’espère que le tourisme international pourra recommencer le plus vite possible après la pandémie.

La Chine est disposée à porter la coopération sino-luxembourgeoise à un nouveau niveau.

SE Yang Xiaorong,  ambassadrice de Chine au Luxembourg

L’an prochain marquera le 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Luxembourg. Des célébrations particulières sont-elles prévues?

«Ce sera un moment historique reliant le passé et l’avenir. Il y a 50 ans, les dirigeants chinois et luxembourgeois ont fait preuve d’une grande prévoyance et ouvert la porte aux échanges amicaux entre nos deux pays. Au bout de 50 ans, la coopération mutuellement bénéfique sino-luxembourgeoise a abouti aux résultats fructueux. Pour célébrer ce moment historique, une série d’activités et d’échanges amicaux seront organisés dans les domaines politique, économique, commercial, culturel et sportif. D’après le grand philosophe chinois Confucius, chacun doit connaître son vrai destin à 50 ans. Alors, dans l’année de ‘connaître son vrai destin’, la Chine est disposée à travailler avec le Luxembourg pour faire un bilan des expériences et élaborer un nouveau plan de développement, afin de porter la coopération sino-luxembourgeoise à un nouveau niveau.

La pandémie de Covid-19 a-t-elle – d’une manière ou d’une autre – impacté les relations diplomatiques sino-luxembourgeoises?

«Les relations sino-luxembourgeoises ont résisté de manière générale à l’épreuve de la pandémie, et notre coopération s’est développée. Nos deux pays sont toujours unis pour lutter contre la pandémie, notre confiance politique mutuelle ne cesse de s’approfondir, nos échanges économiques et commerciaux se renforcent progressivement et possèdent un fort potentiel. Le Luxembourg a ses propres avantages typiques et compétitifs. La Chine constitue le grand marché au plus gros potentiel au monde, et dans les 10 années à venir, le total des importations de marchandises de Chine pourrait dépasser 22.000 milliards de dollars américains. La coopération sino-luxembourgeoise montre une forte complémentarité mutuelle et jouit de belles perspectives.

Quel est, selon vous, le ciment des relations diplomatiques sino-luxembourgeoises?

«Bien que la Chine et le Luxembourg diffèrent par la taille, la population, le système social et le niveau de développement, nos deux pays adhèrent tous les deux aux principes de respect réciproque, d’égalité mutuelle, de coopération gagnant-gagnant, se considèrent toujours comme des partenaires importants et insistent à renforcer des dialogues et à gérer convenablement des divergences. Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays il y a 50 ans, les échanges et la coopération bilatéraux dans divers domaines ont connu un développement de plus en plus profond, et l’amitié entre nos deux peuples s’est renforcée de jour en jour. Tout cela a jeté une base solide pour développer davantage des relations diplomatiques sino-luxembourgeoises.

J’assume la mission de promouvoir l’amitié et la coopération sino-luxembourgeoise.

SE Yang Xiaorong,  ambassadrice de Chine au Luxembourg

Quels objectifs vous êtes-vous fixés pour votre mandat?

«En tant qu’ambassadeur de Chine au Luxembourg, j’assume la mission de promouvoir l’amitié et la coopération sino-luxembourgeoise. Je suis prête à travailler avec des amis luxembourgeois ensemble pour approfondir sans cesse la confiance politique mutuelle, la coopération économique et commerciale, ainsi que les échanges éducatifs et culturels entre nos deux pays, renforcer la compréhension et l’amitié mutuelle entre nos deux peuples et porter les relations sino-luxembourgeoises à un nouveau palier.»