POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Électromobilité

Chargy plutôt résilient face aux inondations



Les dernières inondations ont mis hors service 40 bornes de recharge Chargy sur 600, soit 6,6% du parc public. (Photo: Matic Zorman/archives)

Les dernières inondations ont mis hors service 40 bornes de recharge Chargy sur 600, soit 6,6% du parc public. (Photo: Matic Zorman/archives)

Le réseau de bornes de recharge publiques Chargy a bien résisté aux dernières inondations. Seules quatre parmi les 40 endommagées mi-juillet sont encore hors service, alors que 600 sont déployées au Luxembourg.

L’électricité et l’eau ne font généralement pas bon ménage. La question de la résistance des bornes de recharge, notamment du réseau public Chargy , a suscité l’intérêt du député Fred Keup (ADR). Ce dernier a demandé au ministre de l’Énergie, Claude Turmes (Déi Gréng), l’étendue des dégâts des dernières inondations sur les bornes de recharge du réseau.

Si la question paraît anodine, elle n’est pas dénuée de sens dans la mesure où les bornes électriques vont se généraliser afin de soutenir la stratégie européenne axée sur la motorisation 100% électrique . Dès lors, savoir si de telles installations sont résilientes face à des épisodes météorologiques qui doivent s’intensifier et se répéter à l’avenir fait donc sens.

Visiblement, le réseau Chargy a plutôt bien résisté aux dernières inondations. Dans sa réponse à la question parlementaire du député, le ministre a indiqué que «les inondations avaient mis hors service 40 bornes de recharge Chargy sur 600, soit 6,6% du parc public». Une information que nos collègues de Delano avaient déjà publiée il y a quelques jours .

Mais le ministre a donné quelques précisions supplémentaires. Les 40 bornes en question n’étaient pas toutes endommagées. «Certains transformateurs électriques qui alimentent les bornes ont été endommagés par l’eau, mais d’autres ont été soigneusement coupés par l’exploitant du réseau pour éviter tout dommage», a souligné le ministre dans sa réponse à la question parlementaire.

L’ancien député européen a également indiqué que, dès le 16 juillet, soit un jour après les  inondations des 14 et 15 juillet dernier , près de la moitié des 40 installations hors service étaient opérationnelles. Actuellement, il reste encore quatre bornes de recharge hors service, qui doivent être complètement remplacées.

Pour les particuliers, Claude Turmes a rappelé qu’une borne électrique à domicile n’est pas plus problématique que n’importe quelle autre installation électrique. Si cette dernière est faite dans les normes, la borne électrique est reliée à une prise terre qui fait sauter le disjoncteur, qui joue son rôle en interrompant l’alimentation électrique, dans l’hypothèse d’une inondation ou d’un dégât des eaux.

Enfin, le ministre a souligné qu’il n’y a pas de différence significative entre une voiture électrique et une voiture thermique face aux risques d’inondations.