LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Les métiers insolites (3/10)

Les chanteurs des bois



Un duo dynamique: Tiffany Saska et le guitariste Laurent animent les promenades de chant dans la nature au Luxembourg. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Un duo dynamique: Tiffany Saska et le guitariste Laurent animent les promenades de chant dans la nature au Luxembourg. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Faites une promenade dans les bois luxembourgeois cet été et vous n’entendrez pas seulement le chant des oiseaux. Selon le jour, vous aurez peut-être la chance d’entendre le chant des promeneurs de la nature.

Après l’une des années les plus éprouvantes de mémoire d’homme, des associations luxembourgeoises se mobilisent pour rassembler à nouveau les gens. La chorale à but non lucratif Inecc a trouvé un moyen original de les aider à surmonter toute anxiété résiduelle liée à la crise sanitaire: chanter dehors, dans les bois.

«On sent que les gens se sentent plus en sécurité. Ce n’est pas comme dans un restaurant ou un concert, où je pense que les gens ne se sentent pas tout à fait à l’aise», explique Tiffany Saska, qui dirige les sorties mensuelles «Sangen an der Nature» depuis mai.

Chanteuse passionnée formée au Conservatoire et randonneuse invétérée, Tiffany Saska a immédiatement adhéré au concept, tout comme les participants. «C’est aussi une belle surprise pour moi lorsque les gens reviennent. C’est un bon retour d’information», dit-elle.

Une fois par mois, elle choisit une promenade en forêt d’environ cinq kilomètres pour la réunion. À l’heure prévue, le groupe marche un peu, fait quelques exercices d’échauffement et commence à chanter. La séance entière ne dure pas plus de trois heures.

«Au début, lors de la première chanson, ils sont timides. ‘Est-ce que je dois chanter fort?’ À la fin, on a une ambiance assez sympa. Tu peux chanter aussi fort ou aussi mal que tu veux. Ça m’est égal. L’important, c’est de passer un bon moment», explique Tiffany Saska.

La coordinatrice, qui travaille également à la Philharmonie, a accueilli des participants de tous âges et de toutes nationalités, seuls ou avec des amis. Peu d’entre eux ont une expérience du chant ou le temps de s’engager à chanter dans une chorale. Cela peut parfois être un défi, aussi prend-elle soin de choisir des chansons familières et, récemment, ils ont été accompagnés par Laurent, un guitariste. Lors de la dernière randonnée à Bourglinster, le groupe a chanté «Can’t help falling in love», d’Elvis, et «Hallelujah». «Normalement, les gens connaissent les mélodies, donc ça facilite les choses», dit-elle.

Participez au prochain événement «Sangen an der Natur» le 11 septembre.   Cliquez ici pour en savoir plus .