POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Élections américaines

Un changement de style



Paul Schonenberg lors d'un événement organisé en partenariat avec Amcham-Delano en février 2020. (Photo: LaLa La Photo/archives Delano)

Paul Schonenberg lors d'un événement organisé en partenariat avec Amcham-Delano en février 2020. (Photo: LaLa La Photo/archives Delano)

Paul Schonenberg, président et directeur général de la Chambre de commerce américaine à Luxembourg (Amcham), estime que le style du président américain en exercice Donald Trump est incompris.

Lui-même new-yorkais, M. Schonenberg déclare que, bien qu’il n’ait jamais rencontré Trump, «j’ai le sentiment qu’il n’est pas aussi mauvais que les gens le pensent. Une partie de la différence réside dans ce style culturel, très conflictuel, qui ne correspond pas à la façon dont nous avons tendance à faire les choses au Luxembourg».

Il ajoute qu’il y a un certain «style culturel qui existe chez les gens qui se considèrent de New York, mais ne sont pas de Manhattan… Trump n’est pas né à Manhattan… il est né et a grandi à Brooklyn et dans le Queens, et certaines personnes dans ces régions ont [un] style qui est… beaucoup plus dur».

Une culpabilité par association?

M. Schonenberg est arrivé au Grand-Duché en 1992 pour occuper le poste de représentant principal des États-Unis auprès de l’Agence de maintenance et d’approvisionnement de l’OTAN (Namsa), après quoi il a travaillé chez Clearstream (1997-2010) et, depuis 1998, il est président et PDG d’Amcham, une plate-forme neutre regroupant des entreprises et des particuliers américains et internationaux (environ 30 à 70% respectivement, selon M. Schonenberg). Dans ce dernier rôle en particulier, il contribue à promouvoir le Luxembourg comme un lieu idéal pour faire des affaires en Europe, mais il a également défendu les intérêts des entreprises et des citoyens américains sur des questions telles que la Fatca, les visas et, plus récemment, la possibilité pour les Américains de la région d’encaisser leurs chèques de relance au Grand-Duché.

Au sein de sa communauté, il dit avoir remarqué «une réaction positive au rythme de la reprise aux États-Unis [et] une perception selon laquelle nous devons faire fonctionner nos économies», bien qu’il pense que de l’autre côté de l’Atlantique, «les démocrates semblent moins intéressés par la reprise de l’économie». Il ajoute: «Je crois que chaque vie est précieuse, et pour quiconque meurt, c’est une tragédie et une honte… Je ne veux pas minimiser cela, mais on ne peut pas protéger tout le monde de tout en permanence parce qu’alors, rien ne se passe, rien n’est fait. Il s’agit de trouver le bon équilibre».

Mais malgré le positionnement de la chambre en tant qu’organisation neutre, il se demande s’il n’y aurait pas «une culpabilité par association» et reconnaît qu’il y a «un certain risque associé à cela… [bien que] la dernière fois que j’ai vérifié, je n’ai pas beaucoup de poids dans la politique». Et il doit consacrer plus de temps qu’auparavant à expliquer sa conception de la politique étrangère américaine au cours des dernières années.

Difficile d’être centriste

Schonenberg s’inquiète du fait que les gens ont une «réaction viscérale et émotionnelle» au style de Trump, «et que cela ne leur convient pas», mais il compare ce style au «petit tisonnier» Alexandria Ocasio-Cortez. Et il pense que cela servirait mieux Trump de devenir «plus Reaganesque… [le 40e président américain Ronald] Reagan était très drôle, il n’effrayait pas les gens».

Si Schonenberg a peut-être prédit l’issue des dernières élections, il n’a pas la moindre idée de qui sera le 46e président des États-Unis cette année: «Je ne peux pas dire que je suis enthousiaste pour l’un ou l’autre d’entre eux». Malgré la large avance de Joe Biden dans les sondages après la première série de débats, M. Schonenberg n’a pas vraiment confiance dans les données des sondages, étant donné qu’il pense que peu de gens admettraient qu’ils allaient voter pour Trump si on les interrogeait directement. Bien que le PDG d’Amcham se considère comme un centriste – libéral sur une foule de questions, mais fort sur la défense nationale et fiscalement conservateur – il ajoute qu’il est difficile d’en être un aujourd’hui.

«Historiquement, l’Amérique a toujours pratiqué une politique centriste plutôt que de l’extrême», déclare M. Schonenberg. «Pour cette élection, et la tendance de ces deux dernières années, il est plus difficile pour les gens de voter au centre, ils doivent aller à gauche ou à droite…»

«J’aimerais que nous nous remettions à parler et à nous rencontrer au centre, mais cela semble très difficile à faire pour le moment.»