POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

LIBERTÉ SYNDICALE DANS L’ARMÉE

La CGFP saisit l’OIT dans l’affaire Schleck



293572.jpg

Romain Wolff a déploré, devant 500 membres de la CGFP, les attaques à l’encontre de la liberté syndicale. (Photo: Christof Weber)

Insatisfaite de la réaction du gouvernement, la Confédération générale de la fonction publique va mettre sa menace à exécution.

La CGFP réunissait mardi soir 500 représentants de ses 65 organisations membres à l’Alvisse Parc Hotel à l’occasion de sa 53e conférence des comités. Pour son 110e anniversaire, le syndicat se sent plus nécessaire que jamais alors que «plus aucun pays n’est immunisé contre le démantèlement social, les privatisations ou l’externalisation des services publics», considère Romain Wolff cité par le communiqué de la CGFP.

Et dans ce contexte, «il faut mettre un terme aux tentatives visant à restreindre les représentants des travailleurs dans l’exercice de leurs activités syndicales», a insisté M. Wolff. «Le gouvernement a laissé expirer un ultimatum de la CGFP et n’a pas montré qu’il croyait en la liberté syndicale.» Il s’agit en l’occurrence de l’affaire Schleck, du nom du président du Syndicat professionnel de l’armée luxembourgeoise, qui  estime avoir été muté  à un poste non compatible avec ses fonctions syndicales dans la foulée d’un discours polémique au printemps dernier.

La CGFP va monter un dossier juridique complet afin d’introduire une plainte auprès de l’Office international du travail à Genève.

Romain Wolff,  président,  CGFP

«Comme le gouvernement refuse au représentant SPAL de reprendre son poste initial, la CGFP va monter un dossier juridique complet afin d’introduire une plainte auprès de l’Office international du travail à Genève», annonce M. Wolff, pour «infraction à la convention 151 ratifiée par le Luxembourg», laquelle proscrit le fait que «des agents publics soient désavantagés à cause de leur engagement syndical».

Le président du syndicat est également revenu sur les succès de l’année qui s’achève, du compromis trouvé dans le  conflit à la Spuerkeess  à l’adoption par la Chambre des députés de la  loi balayant la réforme «80-80-90»  du stage de la fonction publique. Il se prépare aux négociations, en 2020, du  prochain accord salarial  dans la fonction publique, assurant que l’«augmentation de la valeur du point est un passage obligé», et avertit le gouvernement qu’il ne sera pas question d’introduire un système d’évaluation «qui ne convient pas au service public».

M. Wolff a encore fustigé l’«attaque frontale contre le modèle social luxembourgeois» perpétrée par l’UEL – laquelle souhaite  modifier les modalités du dialogue social  en matière de droit au travail. «L’UEL a voulu mettre la CGFP hors jeu», or «il appartient à la CGFP, membre à part entière du CPTE, de défendre des principes fondamentaux éprouvés comme la continuation du dialogue social».

293571.jpg

La CGFP avait invité 500 membres des 65 organisations qu’elle fédère pour célébrer ses 110 ans. (Photo: Christof Weber)