ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

actionnariat

Ceratizit SA sous total contrôle autrichien



Née en 2002 de la fusion de Plansee Tizit et de Cerametal, Ceratizit est installée à Mamer. (Photo: Gaël Lesure/Archives)

Née en 2002 de la fusion de Plansee Tizit et de Cerametal, Ceratizit est installée à Mamer. (Photo: Gaël Lesure/Archives)

Plansee Group, dont le siège est en Autriche, détenait 50% des parts de Ceratizit SA. Le 1er mars, il en deviendra l’actionnaire majoritaire.

C’est par voie de communiqué que Plansee Group a annoncé qu’il deviendra, dès le 1er mars, l’actionnaire majoritaire de Ceratizit SA. Sans préciser l’ampleur de cette augmentation de participation dans une entreprise dont le groupe autrichien détenait 50% des parts depuis 2002, date de la fusion entre Plansee Tizit et Ceremetal.

La transaction est en tout cas la plus importante de l’histoire de Plansee Group et doit encore être approuvée par les autorités de surveillance de la concurrence. Cela ne constitue peut-être qu’une étape, puisque Plansee Group «détient plusieurs options d’acquisition des actions restantes de Ceratizit lors des prochaines années».

«Nous voulons continuer à écrire la success-story de Ceratizit et, en tant qu’actionnaires majoritaires, nous souhaitons le faire encore plus rapidement et de manière encore plus durable», déclare Karlheinz Wex, porte-parole du directoire du groupe autrichien.

La manœuvre a en tout cas été menée de manière très discrète. Le syndicat LCGB, majoritaire dans l’entreprise, a déjà réagi face à ce qui est qualifié d’«annonce subite et surprenante». Et a demandé une réunion en urgence avec la direction générale pour connaître les raisons de cette initiative. À chercher sans doute dans des synergies possibles «dans l’approvisionnement en matières premières de tungstène, dans l’étroite collaboration au sein de projets de numérisation, et dans les domaines des services».

De grandes ambitions

Depuis 2002, Ceratizit a triplé ses ventes et est devenue une entreprise leader dans l’industrie des métaux durs. Avec ses divisions Plansee High Performance Materials, Ceratizit et Global Tungsten & Powders, ainsi que sa participation dans Molymet, Plansee Group est un des leaders mondiaux de la métallurgie des poudres.

Et les ambitions demeurent évidemment importantes. «Notre objectif est de créer un groupe d’entreprises entièrement intégré et destiné à la production et à la transformation de molybdène et de tungstène», explique encore Karlheinz Wex. «Les divisions Plansee High Performance Materials – spécialisée dans les produits en molybdène et tungstène – et Ceratizit – outils en métaux durs de carbure de tungstène –, qui bénéficient d’un positionnement clair ainsi que d’un approvisionnement en matières premières sûr sur le long terme, constituent les éléments-clés de cette stratégie.»

Le portefeuille de Plansee Group, qui occupe 13.796 employés, englobe plus de 75.000 produits et outils différents. Toutes participations confondues, cela lui a permis de réaliser un chiffre d’affaires de 2,9 milliards d’euros sur l’exercice 2019-2020.  

Mais cette annonce fait aussi grincer quelques dents, notamment dans le chef de ceux qui regrettent des fleurons luxembourgeois passer sous contrôle étranger. Ceratizit suit Paul Wurth qui, sous peu, sera sous contrôle allemand .

Née en 1931

Ceratizit en faisait partie, l’entreprise ayant été portée sur les fonts baptismaux en 1931 , lorsque Dr Nicolas Lanners fondait la Luuchtefabrik à Bereldange avec une activité dédiée à la fabrication de filaments de tungstène pour les lampes à incandescence. Dès 1949, la Luuchtefabrik devient Cerametal. Plansee est déjà dans l’actionnariat, via Paul Schwarzkopf, de Metallwerk Plansee. Cette entreprise familiale autrichienne qui avait été fondée en 1921 à Reutte avait elle aussi fait ses débuts dans la fabrication de filaments de molybdène et de tungstène pour l’industrie de l’éclairage, résumait le magazine Merkur, en 2016, dans le cadre des 85 ans de Ceratizit.

En 1962, Paul Schwarzkopf revend ses parts. Le site de production est transféré à Mamer en 1971, et le développement international prend son essor à partir de 1978. En 1998, un premier atelier de production de carbure ouvre en Chine. Enfin, en 2002, Cerametal fusionne avec Plansee Tizit pour devenir Ceratizit.