POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Covid-19

Comment le Luxembourg veut éviter une seconde vague



Information, prévention, accompagnement, dépistage et prise en charge restent les cinq mots-clés de la stratégie du gouvernement pour lutter contre le Covid-19, a répété Paulette Lenert. (Photo: Patricia Pitsch/Maison Moderne Publishing SA/Archives)

Information, prévention, accompagnement, dépistage et prise en charge restent les cinq mots-clés de la stratégie du gouvernement pour lutter contre le Covid-19, a répété Paulette Lenert. (Photo: Patricia Pitsch/Maison Moderne Publishing SA/Archives)

Nouveau centre de consultation Covid au Kirchberg, dépistage ciblé dans certains secteurs, traçage des contacts… La ministre de la Santé Paulette Lenert a fait le point sur les mesures sanitaires pour la suite de l’été et la rentrée, afin d’éviter une seconde vague de contaminations.

Pas de vacances pour le testing à grande échelle. Alors que la première phase du programme s’est terminée le 27 juillet, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a présenté vendredi 14 août, lors d’un point presse, sa stratégie pour la suite de l’été, en attendant le début de la phase 2 en septembre qui durera au moins jusqu’au premier trimestre 2021.

Une méthode adaptée au contexte

La ministre a évoqué dans son analyse une «extension» du «large-scale testing», outil majeur et efficace dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La méthode, qui vise à empêcher une seconde phase de contamination, sera cependant adaptée en fonction du contexte de vacances et de la recrudescence des infections connue ces dernières semaines. Elle ménage toujours la possibilité de se faire tester dans une dizaine de centres de dépistage et s’articule autour de six grands axes prioritaires:

- Le dépistage classique, en cas de symptômes, avec ordonnance du médecin;

- Le dépistage «ménages», sur invitation du LIH et selon un schéma de maillage précis puisque les familles sont des lieux importants de contamination;

-  Le dépistage sectoriel pour notamment les secteurs de la santé et des soins, l’horeca et les travailleurs saisonniers;

-  Le dépistage spécial «congés collectifs», qui se fera au retour des vacances, des employés des chantiers, sur invitation des chefs d’entreprise;

- Le dépistage spécial «rentrée scolaire», pour les élèves et enseignants  qui recevront tous, début septembre, une invitation du LIH pour se faire tester;

- Le dépistage des voyageurs , à l’arrivée à l’aéroport ou sur demande sur le site Myguichet.lu.

Un nouveau centre de consultation Covid

Le traçage des contacts des personnes infectées reste aussi un élément majeur. L’équipe de 80 personnes en charge de cette mission sera renforcée à l’automne.

Nouveauté: un centre de consultation Covid, déjà surnommé CCC, verra le jour au Kirchberg. En cours d’aménagement dans la Bibliothèque nationale du Luxembourg, il sera activable dès la fin de la semaine en cas de besoin. Il accueillera les patients présentant des signes d’infection, qui pourront subir un examen médical et un prélèvement naso-pharyngé .

C’est un moyen de ne pas surcharger les hôpitaux. «Si ma priorité absolue sera toujours la protection de la santé publique, il m’importe autant d’offrir aux patients Covid une prise en charge de haute qualité, tout en maintenant un bon fonctionnement de notre système de santé», a précisé Paulette Lenert, qui annonce aussi une dotation soignante supplémentaire. Le système de téléconsultation devrait de son côté être renforcé, et les centres de soins avancés pourraient revenir en cas de nécessité.

Pas de décision pour les laboratoires

À partir de septembre, on entrera dans la phase 2 du dépistage à grande échelle.  Le LIH passera la main au ministère de la Santé pour le pilotage. Pour quelle raison? «La première phase était un projet pilote, qui a fait ses preuves», répond Paulette Lenert.

Alors que les Laboratoires Réunis avaient été missionnés pour la première partie , le gouvernement assure avoir cette fois lancé un appel d’offres . «Nous n’avons reçu qu’une seule candidature, en train d’être évaluée.» Paulette Lenert envisage de rester dans les mêmes capacités de tests, soit 20.000 par jour au maximum.

Après une recrudescence du nombre d’infections depuis juillet , la ministre remarque une tendance à la baisse ces derniers jours, avec moins de 50 cas sur 100.000 habitants pour la période du 3 au 9 août . Elle indique tout mettre en œuvre pour éviter un second «lockdown», en poursuivant son évaluation permanente, ses échanges réguliers avec les acteurs du terrain et sa stratégie de monitoring centralisé et de tracing. Près de 5.500 appels ont, ainsi, été passés entre le 27 juillet et le 9 août par la plateforme dédiée.