PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

négociations

CCT Banques: le 13e mois remis en question



La situation des «faux cadres» du secteur bancaire est revenue sur la table des négociations de la CCT pour la période 2021-2023. (Photo: Shutterstock)

La situation des «faux cadres» du secteur bancaire est revenue sur la table des négociations de la CCT pour la période 2021-2023. (Photo: Shutterstock)

Une quatrième réunion a eu lieu jeudi entre les syndicats et l’ABBL quant à la prochaine convention collective de travail du secteur bancaire. Les discussions ont été «mouvementées», selon l’OGBL et le LCGB.

Les discussions se poursuivent en ce qui concerne le renouvellement de la convention collective de travail (CCT) du secteur des banques pour la période 2021-2023. Cela après quelques séquences malheureuses et le fait que la tension soit vive entre l’ALEBA d’une part, et l’OGBL et le LCGB d’autre part .

De la tension, il y en a aussi avec l’Association des banques et banquiers Luxembourg, qui représente le secteur lors de ces réunions. D’ailleurs, poliment qualifiées de «mouvementées» par l’OGBL et le LCGB, elles n’ont «pas permis de trouver un accord à ce stade».

L’ordre du jour prévoyait un sujet hautement sensible: les salaires. Les syndicats réclament en effet une garantie d”évolution des salaires dans les barèmes et une augmentation linéaire pour tous les salariés. Très vite, il a donc été question des «faux cadres», ces employés –  qui seraient plusieurs milliers sur la place  – qui, en bénéficiant du statut de cadre mais sans répondre totalement et parfaitement à la définition légale du statut, se retrouvent propulsés hors de la CCT. Les syndicats tempêtent contre cette situation depuis de longues années et ont intenté des actions en justice, obtenant d’ailleurs des résultats récemment.

En effet, selon l’OGBL et le LCGB, «la question des ‘faux cadres’ est directement reliée à celle du barème, sachant que ces derniers sont rémunérés précisément ‘hors barème’, individuellement».

L’ABBL, toujours selon les syndicats, ne l’entend pas de cette oreille et refuse «toute augmentation et amélioration salariales qui viendraient reconnaître l’engagement quotidien sans faille des salariés. L’ABBL a même menacé qu’à défaut d’un accord sur les points portant sur la rémunération, l’acquis que constitue le  13e mois serait remis en question.»

Inacceptable évidemment pour les syndicats, qui refusent que «la crise sanitaire soit utilisée pour prendre les salariés en otage et les priver ainsi de toutes améliorations financières sur une durée de trois ans».