POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Humanitaire

Carola Rackete déclarée libre par la justice italienne



252138.jpg

Carola Rackete vient d’être déclarée libre alors qu’elle était assignée à résidence. (Photo: D.R.)

La capitaine du Sea-Watch, Carola Rackete, vient d’être déclarée libre par la justice italienne. La jeune femme d’origine allemande était assignée à résidence pour avoir accosté de force à Lampedusa samedi dernier, avec une quarantaine de migrants à son bord.

Soutenue par des milliers de personnes à travers le monde, la capitaine du Sea-Watch, Carola Rackete, pourrait être rapidement expulsée d’Italie. La jeune femme était assignée à résidence depuis samedi dernier, jour où elle avait forcé l’entrée au port de Lampedusa en Italie, afin de secourir une quarantaine de migrants repêchés au large de la Libye.

Le juge chargé de l’enquête préliminaire a estimé que le décret italien sur la sécurité n’était «pas applicable aux actions de sauvetage». Le tribunal d’Agrigente, en Sicile, a donc prononcé sa libération.

Bientôt expulsée vers l’Allemagne

Pour sa part, Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur, a vivement critiqué cette décision et affirmé que la capitaine allemande allait rapidement être expulsée vers l’Allemagne, car elle est «dangereuse pour la sécurité nationale». Cette mesure d’éloignement avec accompagnement à la frontière doit être confirmée par les autorités italiennes.

L’ONG Sea-Watch a réaffirmé son soutien à Carola Rackete sur Twitter: «Nous sommes soulagés que notre capitaine soit libre! Il n’y avait aucune raison de l’arrêter, car la seule ‘faute’ commise ici a été de faire respecter les droits de l’Homme en Méditerranée et de prendre ses responsabilités là où aucun gouvernement européen ne l’a fait.»

Dans un post publié sur son compte Facebook personnel samedi, Jean Asselborn s’était aussi adressé à Enzo Moavero Milanesi , son homologue italien, afin de demander la libération de la capitaine.