POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

rapport annuel

Caritas face aux effets du Covid-19 sur la précarité



226 enfants ont bénéficié d’une aide depuis le début de la crise via Caritas. (Photo: Shutterstock)

226 enfants ont bénéficié d’une aide depuis le début de la crise via Caritas. (Photo: Shutterstock)

Caritas Luxembourg a rendu jeudi son rapport annuel, mais a surtout pointé les risques encourus par les personnes défavorisées face aux conséquences du Covid-19. Les enfants ne sont pas les moins exposés.

Au moment de présenter son rapport annuel pour 2019  jeudi, Caritas Luxembourg a surtout tiré la sonnette d’alarme quant aux risques de précarité générés par la crise actuelle. «Caritas Luxembourg s’attend à devoir intervenir encore davantage dans les mois et années à venir en raison des conséquences économiques et sociales de la crise du coronavirus», indique l’ONG.

Et la helpline (40 21 31 – 999, helpline@caritas.lu ) mise en place donne d’ores et déjà une idée de l’ampleur de la tâche avec, depuis deux mois, 380 personnes qui l’ont sollicitée pour obtenir une aide financière.

La plupart sont des jeunes de moins de 40 ans (57%), pointe Caritas. «69% des personnes n’avaient encore jamais eu besoin de recourir à de l’aide sociale avant. Si presque tous les secteurs d’activité sont concernés, ceux de la restauration, des indépendants (artistes, chauffeurs de taxi, etc.) et du secteur du nettoyage sont particulièrement représentés», précise le communiqué de presse de l’ONG.

Pour mettre un autre chiffre sur cette réalité, 115.509 euros avaient été donnés fin mai en tant qu’aide directe aux familles et personnes: 30% pour l’achat de nourriture, 28% pour les dépenses courantes essentielles, 20% pour les loyers, 16% pour les factures d’électricité, de communication, et 6% pour les dépenses de santé.

Parmi les 642 personnes aidées via la helpline (tant par de l’information, de la réorientation ou une aide financière), 226 étaient des enfants. Ces derniers continueront à être pris en charge par des structures d’accueil de jour et de nuit.

Et Caritas d’ajouter dans le communiqué que les jeunes ne se sont «pas beaucoup fait entendre pendant le confinement alors qu’ils étaient en première ligne, il est à craindre qu’ils seront touchés le plus par les conséquences de la crise du coronavirus, lorsque leur famille sera fragilisée par les effets économiques et sociaux qui commencent à se faire ressentir».