PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Fintech

Des capitaux luxembourgeois pour doper Element



Le  C EO d’Element, C hristian   Macht  (à gauche) ,  avec  Eric   Schuh  (vice-CEO et directeur opérationnel) , Philipp   Hartz  (DRH) et  Iryna Zhovtobryukh  (directrice technique), a levé 66 millions d’euros depuis la création de l’insurtech berlinoise. (Photo: Element)

Le C EO d’Element, C hristian   Macht (à gauche) , avec Eric   Schuh (vice-CEO et directeur opérationnel) , Philipp   Hartz (DRH) et  Iryna Zhovtobryukh (directrice technique), a levé 66 millions d’euros depuis la création de l’insurtech berlinoise. (Photo: Element)

L’investisseur luxembourgeois dans les fintech Ilavska Vuillermoz Capital a participé au nouveau tour de table de 16 millions d’euros de l’insurtech allemande Element. Une étape importante au moment où le régulateur allemand devient chatouilleux.

Les 16 millions d’euros qu’Element a levés auprès de Witan Group et des Luxembourgeois d’Ilavska Vuillermoz Capital, en plus de ses actionnaires historiques, Finleap, Signal VC, Versorgungswerk der Zahnärztekammer Berlin et l’European VC Mundi Ventures, ne sont pas «que» 16 millions de plus qui s’ajoutent aux 50 autres millions d’euros levés depuis 2018.

Depuis que la CSSF allemande, le BaFin, a décidé d’exiger des insurtech, ces start-up spécialisées dans l’assurance, que leurs fonds propres soient plus élevés, pour éviter tout risque, ils constituent un matelas important pour éviter tout problème. Il n’y a que six insurtech en Allemagne qui ont une licence pour pouvoir proposer leurs produits après ces nouvelles exigences, formulées en janvier . «On ne peut pas attendre du BaFin une foi aveugle dans les plans d’affaires», dit le régulateur financier allemand, déjà critiqué pour sa gestion de la débâcle Wirecard.

«Nous sommes l’insurtech B2B la plus puissante d’Allemagne dans le secteur de l’assurance dommages. Après avoir terminé les cinq mois de vente les plus solides de l’histoire de l’entreprise, notre approche B2B2X s’est avérée extrêmement fructueuse», commente le CEO d’Element, Christian Macht. «Les nouveaux investissements montrent que notre modèle commercial séduit non seulement nos investisseurs existants, mais aussi de nouveaux investisseurs. Par conséquent, nous continuerons de suivre notre approche stratégique et d’intensifier le processus de mise à l’échelle.»

Element a déclaré 6,8 millions d’euros de primes brutes émises en 2020, «ce qui en fait l’insurtech IARD réglementée par le BaFin la plus performante», assure le communiqué de presse diffusé à l’occasion de cette levée de fonds. Au premier trimestre, Element a conclu 10 nouveaux partenariats avec des entreprises de différents secteurs. De plus, plusieurs nouveaux produits ont été mis sur le marché, dont une assurance santé pour animaux de compagnie. Depuis 2018, déjà plus de 100.000 contrats ont été vendus par Element.

En tant qu’assureur direct agréé et indépendant, Element – à 100% dans le cloud, un modèle unique – prend en charge la couverture des risques pour tous les produits.