POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Covid-19

La campagne de vaccination a commencé au Luxembourg



Catarina Fernandes, chef d’unité des maladies infectieuses au CHL, a été la première personne du pays à avoir été vaccinée. (Photo: SIP/ Emmanuel Claude)

Catarina Fernandes, chef d’unité des maladies infectieuses au CHL, a été la première personne du pays à avoir été vaccinée. (Photo: SIP/ Emmanuel Claude)

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté lundi 28 décembre à la Halle Victor Hugo, à Luxembourg. Quelque 1.200 personnes devraient être vaccinées d’ici la fin de la semaine.

C’est parti. La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté lundi à midi à la Halle Victor Hugo, à Luxembourg. Priorité au personnel de santé ces 28 et 29 décembre; 430 d’entre eux sont attendus chaque jour. Puis, mercredi, viendra le tour des équipes de la Copas et des maisons de soins. «C’est un message d’espoir, on a peut-être un moyen de contrôler cette épidémie. Il ne faut pas hésiter, on peut arriver à une immunité collective», explique, tout sourire, Catarina Fernandes, chef d’unité des maladies infectieuses au CHL, et première personne du pays à avoir été vaccinée. «C’est un honneur d’avoir été parmi les premiers», estime, pour sa part, Kevin Nazzaro, infirmier dans cette même unité.

Dans ce grand bâtiment, transformé en centre de vaccination, 16 médecins et 16 infirmiers travaillent en binômes. Le premier pose l’indication et prescrit le vaccin, le second prépare la dose de remède développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech. Une heure à peine après avoir été lancée, la machine semble déjà bien huilée. Les premiers futurs vaccinés font la file – en respectant les distances de sécurité. Leur heure de rendez-vous, ainsi que le questionnaire de pré-vaccination, est vérifiée par des membres de l’armée, des douanes et du CGDIS qui se relaient.

Passée cette épreuve administrative, trois personnes travaillant pour la Ville de Luxembourg orientent ensuite dans une zone d’attente les patients vers les loges de vaccination. Ceux-ci sont invités, une fois vaccinés, à se reposer pendant une quinzaine de minutes, sous l’œil bienveillant des pompiers, qui s’assurent qu’aucun souci ne subvienne. «C’est surtout pour contrôler qu’il n’y ait pas de problème, comme une allergie. C’est très rare, mais ça peut arriver», détaille Sébastien Français, médecin à la Direction de la Santé et membre de l’équipe de coordination de la vaccination.

Rendez-vous dans 21 jours

Avant de quitter les lieux, le vaccin de Pfizer-BioNTech nécessitant deux injections espacées de 21 jours, une nouvelle date est fixée pour s’assurer que les gens ne ratent pas ce second rendez-vous, ce qui impliquerait de recommencer le processus à zéro. D’autant que le nombre de vaccins, dont l’Union européenne a défini le nombre de doses distribuées à chaque pays, est peu élevé au Luxembourg: 9.700 doses pour 4.850 personnes. De nouvelles livraisons auront lieu à l’avenir et des vaccins développés par d’autres laboratoires devraient arriver sur le marché d’ici le printemps.

Monté en une quinzaine de jours, même si «le projet est sur les rails depuis deux mois», précise M. Français, le centre de vaccination représentait un défi logistique important. Outre les contraintes logistiques inhérentes à la complexe conservation du vaccin développé par Pfizer et BioNTech, les équipes de la Direction de la Santé ont dû faire face à de nombreuses inconnues. À commencer par le manque d’informations distillées par Pfizer, alors que le projet du centre de vaccination se finalisait. «On a commencé avec une feuille blanche. On sait quand même comment gérer des personnes en grands volumes, et nous avons pu nous inspirer de ce qui avait été fait pour le virus H1N1. La Ville nous a tout donné et installé l’infrastructure en un temps record. Ça peut aller très vite», résume Sébastien Français.

Quatre autres centres prochainement

La Halle Victor Hugo devrait avoir vu le passage de plus de 1.200 personnes d’ici au 1er janvier 2021. «À partir du 6 janvier, les résidents des premières maisons de soins seront vaccinés sur place par le personnel soignant et les médecins. Puis, les hôpitaux vaccineront chez eux à partir de la mi-janvier, et fin janvier, la vaccination des professionnels de santé aura lieu en centres sur rendez-vous», ajoute Sébastien Français.

Plusieurs autres centres de vaccination ouvriront leurs portes à court et moyen termes. «Un centre à Esch est en train d’être finalisé, un autre s’installera dans les locaux de la Luxembourg Air Rescue, à l’aéroport du Findel, ainsi qu’un autre à Ettelbruck. Un dernier, pour lequel nous cherchons encore les locaux, ouvrira dans l’est du pays. Mais on sera peut-être amenés à ouvrir plus de centres, six, sept, huit ou neuf, pour pouvoir être plus rapides», conclut le médecin.