LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Foodzilla

Vie nocturne à Luxembourg

Cabarets et clubbing: ça bouge sévère dans la capitale



Le Joya et son nouveau restaurant de nuit profiteront-ils de la vente imminente du Saumur Crystal Club?  (Photomontage: Maison Moderne)

Le Joya et son nouveau restaurant de nuit profiteront-ils de la vente imminente du Saumur Crystal Club?  (Photomontage: Maison Moderne)

Le Saumur est sur le point d’être vendu, le Joya rouvre avec un restaurant de nuit, le Peacock devient le nouveau chouchou des clubbers... À peine rouverte, la nuit en ville fait tourner les têtes et les nouvelles surprenantes.

Ils font partie d’un des secteurs les plus touchés par les vagues de fermeture dues au Covid: les clubs et cabarets de la capitale luxembourgeoise semblent ne pas se contenter d’une simple réouverture, et les sujets s’enchaînent, entre rumeurs et faits avérés, dans les discussions des oiseaux de nuit...

Le Saumur sur le point d’être vendu

Information Paperjam. Club et strip club emblématique du quartier Gare, souvent adulé autant que décrié, le Saumur Crystal Club est en passe d’être vendu, comme l’a confirmé à Paperjam Foodzilla son patron actuel. «Les formalités officielles ne sont pas encore finalisées, mais je peux vous dire effectivement que l’établissement aura de nouveaux exploitants d’ici le mois prochain», explique ainsi Erik De Toffol, qui ne souhaite pas donner plus de détails avant la fin de la transaction.

Si les sorteuses et sorteurs s’y rendaient toujours en nombre tous les soirs depuis sa réouverture, la cuisine restée close, tout comme le premier étage, avait mis la puce à l’oreille de certains, avant qu’une rumeur plus insistante se fasse entendre ces derniers jours. C’est donc bien une page aussi importante que sulfureuse de la nuit luxembourgeoise qui se tournera dans les semaines à venir... Sachant qu’Erik De Toffol reste à la tête de plusieurs autres établissements à Luxembourg, dont les très populaires Partigiano et Pop-up Hertz . Affaire à suivre!

Le Joya se dote d’un restaurant de nuit

Non loin de là, le club «concurrent» Joya – dont la Fédération des hôteliers, restaurateurs et cafetiers donne un historique patrimonial très intéressant dans la dernière édition de son magazine Horesca – a quant à lui rouvert ses portes la semaine dernière, portes pourtant restées fermées depuis le premier confinement. L’établissement qui a pignon sur rue le long de l’avenue de la Liberté se dote par la même occasion d’un restaurant de nuit, ouvert de 19h à 3h du matin, aux accents italiens. Pas de grande surprise pour cette orientation culinaire, puisque c’est le groupe Carpini (Matese, Rusticana, Dogado...) qui exploite l’établissement. Et difficile de passer à côté de l’information, vu le grand visuel très discret dont s’est parée la devanture!

On notera cependant la présence au menu de «tortellini in brodo», un plat typique de pâtes fourrées dans du bouillon, qui rappellera sans doute de doux souvenirs d’enfance à pas mal de gens de la région et d’expatriés italiens, et qui ne manquera sans doute pas de les attirer sur place...

Le Peacock, nouvelle coqueluche nocturne de la capitale

«Toi-même, tu sais!» Si on demande à tout bon clubber de plus de 25 ans où il faut aller faire la fête et danser en ce moment, la réponse est quasiment unanime: au Peacock! Mais que se cache donc derrière ce nom d’oiseau? Il s’agit en fait d’un «club dans le club», dans l’enceinte du Gotham Luxembourg au Limpertsberg, géré par la même équipe. Qui avait vu le jour sous la forme d’un «speakeasy» légal lors de la réouverture des bars (mais pas des clubs) après le premier confinement.

Aujourd’hui, l’endroit a été agrandi et redécoré, est ouvert du mercredi au samedi de 22h à 3h, et peut accueillir une centaine de personnes. La carte des cocktails y est assez réussie, et on retrouve des pointures locales et internationales derrière les platines. Par contre, attention: vu la popularité grandissante de l’endroit, mieux vaut essayer d’y entrer tôt ou d’avoir booké une table, car le quota est vite atteint, surtout le week-end!

Une dernière pour la route...

Enfin, dans cette grande valse de nuit automnale, une dernière rumeur solide a fait son chemin jusqu’à nos oreilles: le cabaret Milady, situé à l’angle de la rue du Fort Neipperg et de la rue de Bonnevoie, devrait être repris par des figures bien connues de la nuit luxembourgeoise d’ici début 2022 et retrouver ainsi ses lettres de noblesse – ou bien les créer de toute pièce – grâce à un nouveau concept inspiré des établissements de nuit parisiens les plus pointus. Et autant dire que, malgré son apparente vétusté, l’établissement et ses infrastructures montrent un beau potentiel une fois les travaux réalisés! Autre affaire ambitieuse à suivre de près, donc...

Vous n’êtes pas encore abonné(e) à la newsletter hebdomadaire Paperjam Foodzilla?  C’est ici!