POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

La boîte à outils publiée

Bruxelles ouvre la voie à une app de traçage



Le Bluetooth semble être la technologie privilégiée par les recommandations de la Commission européenne, à condition de garantir la protection individuelle. (Photo: Shutterstock)

Le Bluetooth semble être la technologie privilégiée par les recommandations de la Commission européenne, à condition de garantir la protection individuelle. (Photo: Shutterstock)

La Commission européenne a publié ce jeudi sa boîte à outils pour favoriser la création et le lancement à court terme d’une application de traçage destinée à permettre une limitation de la contagion du Covid-19.

«À condition de pleinement respecter les règles de l’UE et d’être bien coordonnées, les applications de traçage des contacts peuvent jouer un rôle essentiel à chacune des étapes de la gestion de la crise, en particulier lorsque le moment sera venu de lever progressivement les mesures de distanciation sociale. Elles peuvent permettre de compléter l’actuel traçage manuel des contacts et aider à rompre la chaîne de transmission du virus», dit le communiqué de la Commission européenne publié ce jeudi.

«Pour que ces applications puissent être adoptées et donc pour qu’elles puissent être utiles, il faut absolument des garanties solides en ce qui concerne le respect de la vie privée. Nous devons innover et utiliser au mieux la technologie pour lutter contre la pandémie, mais nous ne transigerons pas sur nos valeurs et nos exigences en matière de protection de la vie privée», promet le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton.

La Commission européenne a donc publié une boîte à outils d’une cinquantaine de pages et qui ne prévoit pas une sortie avant – au mieux – juin.

«D’ici le 30 avril, les autorités de santé publique évalueront l’efficacité des applications au niveau national et transfrontière. Les États membres devraient rendre compte des mesures qu’ils ont prises au plus tard le 31 mai et permettre à la Commission et aux autres États membres d’en prendre connaissance en vue d’un examen réciproque. La Commission évaluera les progrès accomplis et publiera des rapports périodiques à partir de juin 2020 et tout au long de la crise, en recommandant l’adoption de mesures ou la suppression progressive des mesures qui ne semblent plus nécessaires», dit encore le communiqué.

Dans une série d’une vingtaine de tweets, en fin de semaine, Rand Hindi, comme d’autres, expliquait pourquoi les résultats risquaient de ne pas être à la hauteur des attentes.