ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Trois questions à Moreno Viola (CRTI-B)

«Bimlux est devenue un rendez-vous important»



Moreno Viola est à l’initiative de la conférence annuelle Bimlux dédiée au BIM au Luxembourg. (Photo: CRTI-B)

Moreno Viola est à l’initiative de la conférence annuelle Bimlux dédiée au BIM au Luxembourg. (Photo: CRTI-B)

À la clôture de la conférence annuelle Bimlux, le rendez-vous des professionnels de la construction qui s’intéressent au BIM (Building Information Modeling) au Luxembourg, Paperjam a posé trois questions à Moreno Viola, chargé de direction pour le CRTI-B et représentant du Luxembourg dans plusieurs groupes de travail internationaux dédiés au BIM.

Après un an de pause forcée en 2020, Bimlux est revenue en force en 2021, avec une édition encore plus diversifiée que les années précédentes. Pouvez-vous nous expliquer comment cette diversification s’est manifestée?

Moreno Viola. – «La conférence Bimlux est devenue un rendez-vous important pour tous ceux qui s’intéressent à la digitalisation de la construction. Elle permet non seulement de se renseigner sur l’état des choses au niveau national et international, mais, aussi et surtout, d’échanger avec les confrères et experts du marché. Nous étions donc très contents que la situation nous permette de l’organiser en présentiel et répartie sur deux jours. Le format 2021 nous a permis de promouvoir davantage le réseautage, tout en offrant un programme de conférences très diversifié avec plus de 30 intervenants experts du sujet.

Le BIM est censé être implanté et utilisé dans de nombreux bureaux et entreprises au Luxembourg. Peut-on à ce jour évaluer le niveau de compétence et d’adoption du BIM, et comment peut-on essayer d’améliorer cela?

«Les questions de l’adoption et de la compétence sont cruciales dans le contexte des activités du CRTI-B. Il s’agit de réussir à sensibiliser ceux qui commencent à s’y intéresser, sans pour autant perdre de vue les acteurs qui ont déjà atteint un certain niveau de maturité et qui se voient alors confrontés à de nouveaux challenges à résoudre en collaboration au niveau du CRTI-B.

Pour cela, le CRTI-B a mis en place l’Observatoire du BIM, qui a justement pour objectif de mesurer et d’analyser les taux d’adoption, la maturité des différents acteurs et l’évolution des niveaux de compétence au niveau national. Les observations jusqu’ici sont rassurantes: aussi bien le nombre de bureaux et sociétés intéressés que le niveau de compétence et de personnes formées sont en croissance continue. Cela dit, nous sommes bien conscients que certains acteurs, comme une partie des entreprises de construction, sont à intégrer plus fortement dans les développements pour mieux les accompagner dans leur transition digitale.

Pouvez-vous nous dire quels sont les prochains jalons importants à venir pour le BIM au Luxembourg?

«Les prochaines étapes seront clairement, d’une part, de continuer à développer la stratégie ‘bottom-up’ de formation professionnelle continue avec nos programmes de formation dédiés, et, d’autre part, de promouvoir les outils et procédures pour tirer profit des méthodes BIM.

Notre objectif est que la transition numérique et l’utilisation des outils mis à disposition amènent les acteurs à en tirer des gains en efficacité dans leurs tâches et missions. Dans un futur très proche, nous voudrions mettre le BIM au centre d’un écosystème qui permet d’automatiser et de digitaliser toute une série de procédures, comme les demandes d’autorisation de construire, la création de certifications de performances énergétiques ou environnementales, la programmation de déconstructions, et beaucoup plus.»

www.bimlux.lu