POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

La Belgique lance la phase 4 de sa sortie de confinement



La Première ministre Sophie Wilmès a été claire: le virus est toujours présent et la prudence reste de mise. (Photo: Shutterstock)

La Première ministre Sophie Wilmès a été claire: le virus est toujours présent et la prudence reste de mise. (Photo: Shutterstock)

De nouvelles mesures entreront en vigueur en Belgique à partir du 1er juillet dans le cadre de la sortie de confinement. La Première ministre Sophie Wilmès a prévenu: «S’il y a de moins en moins de règles, il faut les suivre.»

La Belgique poursuit sa sortie de confinement et entamera la phase 4 de ce processus à partir du 1er juillet, a annoncé la Première ministre Sophie Wilmès à l’issue d’un Conseil national de sécurité. Mais en faisant notamment référence aux rassemblements qui ont eu lieu le week-end passé, elle a prévenu: «Nous étions tous effrayés par ces images. Le coronavirus n’est pas parti. Il y a de moins en moins de règles, mais il faut les suivre. Nous ne sommes pas à l’abri d’un rebond de l’épidémie. La jeunesse fait une erreur en pensant qu’elle est moins exposée au virus.»

Plus de masque obligatoire dans les magasins

Quels sont les nouvelles mesures ou les assouplissements annoncés dans le cadre de cette phase 4?

- Des contacts étroits seront permis avec 15 personnes au lieu de 10 jusque-là. Cela en plus des membres de son foyer. 

- Piscines, centres de bien-être et saunas, parcs d’attractions et terrains de jeux intérieurs, théâtres, cinémas, casinos, salles de jeux de hasard, salles de congrès, salles des fêtes et salles de réception (limitées à 50 personnes), vont pouvoir rouvrir. Jacuzzis et hammams aussi, mais seulement pour des soins privatisés.

- ll sera bien possible d’organiser des activités en présence d’un public, sous certaines conditions. Pour les événements réguliers organisés dans des structures permanentes comme des théâtres, des cinémas, des tribunes ou des salles de congrès, des protocoles seront donc établis avec les ministres compétents et des experts. Pour les événements ponctuels dans l’espace public, un outil en ligne sera disponible et servira de référence aux autorités locales dans l’octroi des autorisations.

- Les événements culturels pourront à nouveau avoir lieu en présence d’un public, limité à 200 personnes en intérieur et à 400 en extérieur en juillet. Cette limite de 400 personnes vaudra aussi pour les manifestations statiques et à condition de respecter les mesures de sécurité. En août, si les conditions sanitaires le permettent, on pourrait passer à un public de 400 personnes en intérieur et de 800 à l’extérieur.

- Les mariages pourront réunir jusqu’à 50 personnes.

- Dès le 1er juillet, on pourra  à nouveau être accompagné pour aller au magasin avec des personnes de sa bulle de contact et il n’y aura plus de limite de temps. Le port du masque ne sera pas obligatoire, mais les distances de sécurité oui. Pour les marchés,  il n’y a plus de restrictions quant au nombre de marchands autorisés, avec la levée de l’interdiction de dépasser les 50 étals.

La Fête nationale en mode mineur

Les discothèques et rassemblements de masse restent interdits au moins jusqu’au 31 août.

Si nécessaire, le port du masque pourrait redevenir obligatoire.

La Fête nationale du 21 juillet se fera en mode mineur: des hommages, mais ni feu d’artifice ni fête au parc. Le défilé militaire sera aménagé.

Enfin, la rentrée scolaire dépendra de l’évolution des chiffres de la pandémie. Dans le fondamental, tout le monde devrait rentrer. Ce devrait être le cas aussi dans le secondaire si la situation continue à s’améliorer. Si cela n’était pas le cas, d’autres scénarios sont étudiés: semaine de quatre jours, classes scindées en deux…