POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Études macroéconomiques

La BCL face aux ravages de la vieillesse



La dépense publique en matière de santé passera de 5,8% du PIB en 2020 (hors effet pandémique) à 7% en 2070, principalement à cause du vieillissement de la population. (Photo: Shutterstock)

La dépense publique en matière de santé passera de 5,8% du PIB en 2020 (hors effet pandémique) à 7% en 2070, principalement à cause du vieillissement de la population. (Photo: Shutterstock)

La Banque centrale du Luxembourg publie des projections à long terme des dépenses publiques de santé au Grand-Duché. D’ici 2070, la dépense publique en matière de santé atteindra 7% du PIB, contre 5,8% aujourd’hui.

La BCL publie le numéro 158 de sa série «Cahier d’études» . Un numéro intitulé «Old age takes its toll: long-run projections of health-related public expenditure in Luxembourg» qui se penche sur les tendances à long terme des évolutions de la dépense publique au Luxembourg en matière de soins de santé et de soins de longue durée.

Le scénario central établi par les auteurs, Gastón A. Giordana et María Noel Pi Alperin, estime que la dépense publique en matière de santé passera de 5,8% du PIB en 2020 (hors effet pandémique) à 7% en 2070. La dépense par habitant connaîtra une hausse: de 5.400 euros en 2020, elle s’élèvera à 9.400 euros en 2070. Les dépenses publiques en soins de longue durée passeront de 0,7% du PIB en 2020 à 2,5% en 2070. La dépense par habitant pour les soins de longue durée passera de 600 euros en 2020 à 3.400 euros en 2070, tandis que les soins par bénéficiaire augmenteront, de 41.700 à 76.200 euros.

Des chiffres «cohérents avec les évaluations de l’OCDE et de la Commission européenne, selon lesquelles le Luxembourg connaîtra la plus forte augmentation des dépenses liées au vieillissement parmi les pays de l’UE», estiment les auteurs de l’étude pour qui «bien que le système de Sécurité sociale luxembourgeois bénéficie actuellement d’une situation financière confortable, cette augmentation prévisible des dépenses met en danger sa pérennité».

L’évolution des retraites qui n’est pas traitée dans l’étude a été examinée par le Working Group on Ageing Populations and Sustainability de la Commission européenne, qui prédit que les dépenses des pensions vont passer de 9,2% du PIB en 2019 à 18% en 2070 au Luxembourg. Soit la plus forte hausse au sein de l’Union européenne. 2070 devrait également marquer le moment où les réserves de la sécurité sociale seront épuisées.