PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

indemnisation

AXA pousse à la création d’un régime spécial d’assurance



Thomas Buberl, directeur général du groupe français AXA, lance ainsi l’idée de créer un régime de «catastrophe sanitaire». (Photo: Romain Gamba / archives Paperjam)

Thomas Buberl, directeur général du groupe français AXA, lance ainsi l’idée de créer un régime de «catastrophe sanitaire». (Photo: Romain Gamba / archives Paperjam)

Le groupe AXA souhaite qu’un régime de «catastrophe sanitaire» puisse être créé, à l’image de ce qui existe pour les catastrophes naturelles.

Il est rare que l’assurance puisse jouer dans le contexte de la pandémie de Covid-19. La pandémie faisant partie des exclusions de garantie , les entreprises, comme les particuliers, peuvent rarement se faire indemniser  par leur compagnie d’assurances.

Ce sont actuellement les États qui sont amenés à débloquer des fonds pour soutenir les entreprises en difficulté.

Les assureurs tentent cependant de trouver des solutions. Thomas Buberl, directeur général du groupe français AXA, lance ainsi l’idée de créer un régime de «catastrophe sanitaire», comme il l’explique dans une interview accordée au Journal du dimanche , publiée le 5 avril.

Il s’agirait d’un mécanisme de mutualisation de fonds, à l’image de ce qui existe pour faire face aux catastrophes naturelles.

Thomas Buberl suggère que ce fonds appartienne à 50% à l’État et à 50% à un groupe d’assureurs privés. Il serait financé par des primes mises en réserve: «En cas de crise, les assureurs paieraient jusqu’à deux ou trois fois le montant des primes, l’État prenant le relais au-delà», explique l’assureur.

«AXA est prête à prendre l’initiative de travailler avec l’État français et d’autres États européens», ajoute-t-il.

Qu’en est-il alors du Luxembourg? «La proposition de M. Buberl se situe dans un contexte purement français, la France disposant, en matière de risques catastrophiques, d’une série de mécanismes qui n’ont pas leur parallèle au Grand-Duché de Luxembourg», déclare Claude Wirion , directeur du Commissariat aux assurances.

Ce dernier ajoute par ailleurs que la mise en place de tels mécanismes relève de décisions politiques. La balle est dans le camp du ministère des Finances…