COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

INVESTISSEMENTS & ETF

L’avenir de nos villes lié à celui de la mobilité



Beijing, China – July 13th, 2016: cityscape and famous landmark building, WangJing Soho at night. Bingdian

Beijing, China – July 13th, 2016: cityscape and famous landmark building, WangJing Soho at night. Bingdian

Lukas Neckermann, expert de la mobilité et des villes intelligentes, conseille MSCI sur ses indices relatifs à ces thèmes*, qui combinent l’expertise humaine et l’intelligence artificielle. Cette approche permet de garantir la pertinence des ETF Future Mobility et Smart Cities de Lyxor dans le temps.

Nous avons récemment discuté avec Lukas afin de connaître son point de vue sur l'avenir du transport et son lien étroit avec le développement de villes intelligentes. Natif d'Allemagne, il a également partagé quelques perspectives locales de son pays d'origine.

M. Neckermann, vous conseillez MSCI sur ces thèmes clés que sont la mobilité du futur et les villes intelligentes. Vos connaissances sont intégrées à un processus qui utilise l'intelligence artificielle pour créer des indices accessibles aux investisseurs via les ETF de Lyxor. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs comment vous contribuez à la création de chaque indice?

Lukas Neckermann: la première question consiste à savoir ce qu'il faut inclure dans les thèmes de la mobilité du futur et des villes intelligentes, c'est-à-dire comment les délimiter. Cela exige un certain niveau de précision dans l'environnement actuel où des entreprises encore très traditionnelles tentent de se présenter comme tournées vers l'avenir. Nous avons donc développé de nouvelles chaînes de création de valeur et défini les limites des écosystèmes pour les deux indices afin d'identifier les entreprises pertinentes. MSCI dispose d'un impressionnant système soutenu par l'IA et vise des objectifs précis en matière de pertinence, de pondérations et de critères ESG. J'ai reçu une longue liste de composantes potentielles pour l'indice identifiées grâce à ces bases de données et ces filtres, et j'ai ensuite pu commenter individuellement ces propositions.

J'imagine que de nombreux lecteurs se demandent quelles sont les différences entre les indices thématiques et ceux plus traditionnels tels que le NASDAQ-100, le MSCI World Information Technology ou d'autres indices technologiques, car en fin de compte, ils sont tous liés d'une manière ou d'une autre au thème majeur de notre époque: la numérisation.

L.N.: Oui, la numérisation représente bien sûr l'un des principaux prérequis pour tous ces indices. Mais l'électrification, l'automatisation et les tendances sociétales telles que l'urbanisation et l'évolution vers une économie du partage jouent un rôle tout aussi capital, sans être nécessairement reflétées dans les indices technologiques stricts. C'est l'association de ces tendances à l'accent spécifique placé sur la mobilité et le développement de nos villes qui caractérise véritablement ces deux indices.

Que se passe-t-il en cas de modification de ces tendances ? Comment pouvez-vous, et par extension les investisseurs, être sûr que les entreprises incluses dans l'indice et dans l'ETF reflèteront toujours les mégatendances des années à venir, et qu'elles continueront d'être soutenues par ces forces de changement?

L.N.: D'une part, il faut assurément suivre l'évolution de la mégatendance elle-même et l'approche adoptée ici est celle d'un suivi permanent, par exemple pour voir quel sera l'impact du COVID-19. D'autre part, et il s'agit d'un aspect peut-être plus important encore, il convient d'actualiser constamment les acteurs inclus dans ces indices. Nous assistons actuellement à une appréciation phénoménale des valeurs et à une avalanche de nouvelles émissions, notamment dans le domaine de la mobilité. MSCI s'attache à actualiser et à réviser régulièrement les indices, et je fournis également des commentaires à ce stade, de sorte que les indices sont à jour.

La mobilité est l'un des thèmes les plus prisés avec la numérisation. Mais le sujet de l'avenir de la mobilité nous renvoie souvent à considérer l'évolution des véhicules automobiles, et on pense alors naturellement à Tesla. Quels sont les inconvénients d'une telle restriction du thème?

L.N.: Comparer Tesla à un constructeur automobile traditionnel, un OEM (Original Equipment Manufacturer) pour utiliser le terme consacré, est en effet inadéquat. Tesla construit des voitures, mais fabrique également des cellules et des packs de batteries, propose des solutions de production et de stockage d'énergie, exploite des stations de recharge et est sur le point de devenir un opérateur de flotte. Les activités industrielles de Tesla sont nettement plus diversifiées que celles de Ford ou General Motors.

Pourtant, même Tesla ne représente qu'un maillon dans la grande chaîne de la mobilité.

Nous avons, dès le début, plaidé en faveur d'une refonte radicale du thème: la mobilité n'est pas une simple extension de la voiture, mais une toute nouvelle chaîne de valeur avec des objectifs et des caractéristiques de performance bien différents. Dans l'industrie automobile, le critère de référence reste le nombre de voitures produites. Dans le domaine de la mobilité, il s'agit du nombre de personnes ou du volume de marchandises transportées, sur quelle distance et par quelle méthode. Ce n'est qu'à ce moment que je peux inclure des acteurs tels que les prestataires de services de mobilité dans l'équation. Or, les OEM traditionnels ne jouent actuellement qu'un rôle secondaire dans ces domaines.

Quelle influence ont les déclarations des grands responsables de ce monde concernant le retrait du moteur à combustion d'ici 2035, voire 2030 dans certains cas, sur le thème de la mobilité?

L.N.: Dans une certaine mesure, en plus des avantages techniques et économiques qu'il offre, un nouveau concept a besoin d'un soutien politique pour être largement accepté par la société. Cette interaction est nécessaire pour permettre à l'électrification d'atteindre une position prédominante…

Retrouver l’interview complète ici .

À propos de Lukas Neckermann

Lukas Neckermann est Directeur Général de Neckermann Strategic Advisors, un cabinet de conseil créé en 2013 et spécialisé dans la nouvelle mobilité et ses impacts stratégiques. Il possède 20 années d’expérience en leadership dans les secteurs automobile et des services financiers, et a notamment occupé des fonctions de direction chez BMW et Allianz Group. Lukas est l’auteur de trois ouvrages dont Corporate Mobility Breakthrough 2020 et Smart Cities, Smart Mobility.

Si vous êtes un investisseur professionnel et souhaitez prendre une longueur d’avance avec les ETF thématiques de Lyxor, nous vous invitons à visiter  notre site internet . et à vous inscrire à la newsletter de Lyxor ETF .

* MSCI peut demander l’avis de spécialistes des marchés externes, comme Lukas Neckermann sur l’évolution du thème sous-jacent de l’indice. Cependant, de tels avis sont de nature purement consultative. Leur utilisation est laissée à l’entière discrétion de MSCI et peut ou non donner lieu à une modification de l’indice ou de sa méthodologie.

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d'investissement. Lyxor ETF n'appuie ni ne promeut les sociétés citées dans cet article, de quelque façon que ce soit. Les opinions exprimées sont celles de Lukas Neckermann. Elles n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Lyxor International Asset Management ou de la Société Générale. Capital à risque. Veuillez lire notre Avertissement en matière de risque ci-dessous.

Les ETF présentent un risque de perte en capital ainsi que d’autres risques détaillés ci-dessous.