LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Catastrophe naturelle

Les artistes aussi touchés par les inondations



Avec la montée des eaux, les stocks d’œuvres des artistes sont aussi touchés. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Avec la montée des eaux, les stocks d’œuvres des artistes sont aussi touchés. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Les importantes crues des 14 et 15 juillet derniers ont également touché des artistes et leurs stocks d’œuvres. Avec l’eau montante et la boue, c’est une partie de notre patrimoine contemporain qui a sombré dans les flots.

«C’est vraiment terrible, c’est 10 ans de travail qui est détruit par les inondations», avoue Martine Feipel, encore sous le choc des inondations et de leurs conséquences. Le stock d’œuvres du duo Martine Feipel & Jean Bechameil se trouve en effet dans un entrepôt non loin d’Echternach, région particulièrement touchée par les inondations. «Nous avons eu plus d’un mètre d’eau dans l’entrepôt. Une grande partie de nos œuvres sont très abîmées. Tous les moteurs de nos installations sont hors d’usage, ainsi que tous les composants électroniques. Il sera peut-être possible d’en refaire une partie, mais certainement pas tout.»

L’eau désormais évacuée laisse place à la boue, et au nettoyage. (Photo: Martine Feipel & Jean Bechameil)

1 / 2

Surélever, nettoyer, faire sécher… et ne pas perdre courage.  (Photo: Martine Feipel & Jean Bechameil)

2 / 2

Refaire, peut-être, mais avec quels moyens? «Notre entrepôt se situe côté allemand, nous n’allons donc pas pouvoir bénéficier des aides proposées par l’État luxembourgeois. Nous avons signalé notre cas au ministère de la Culture, mais pour le moment, nous n’en savons pas plus», confie l’artiste. Un événement qui touche des œuvres qui devaient être montrées à Kaunas dans le cadre de la manifestation «Capitale européenne» en 2022. «Sans une aide financière conséquente, jamais nous ne pourrons produire à nouveau ces œuvres», explique Martine Feipel.

Un exemple de caisse ayant subi les inondations. (Photo: Su-Mei Tse)

1 / 2

Ironie du sort, la caisse endommagée porte une étiquette précisant qu’il faut garder cette œuvre au sec… (Photo: Su-Mei Tse)

2 / 2

Non loin de là se trouvait aussi un entrepôt avec des œuvres appartenant à Su-Mei Tse. Elle aussi est fortement touchée par ces inondations. Une grande partie des œuvres présentées dans l’exposition «Nested» au Mudam sont abîmées. «Je n’ai pas encore pu ouvrir toutes les caisses et ne sais pas encore quelle est l’envergure exacte des dégâts», explique Su-Mei Tse. «Mais dans toute cette triste affaire, une chose me laisse calme au fond, c’est que mes idées et ce que j’ai à dire sont toujours là, et ça, aucune catastrophe naturelle ne peut me les enlever.»

Autour d’eux, la solidarité s’est aussi organisée. Quelques œuvres ont pu être mises à l’abri, grâce à l’aide et au soutien de Christian Mosar, qui leur a proposé de stocker et faire sécher certaines œuvres à la Konschthal. Du personnel du Mudam et de la galerie Nosbaum Reding est aussi venu apporter de l’aide à Su-Mei Tse. La galerie de Martine Feipel & Jean Bechameil, Zidoun-Bossuyt Gallery, a aussi envoyé du renfort et était en contact avec les artistes. La situation n’est pas facile pour eux non plus, puisque la galerie située dans le Grund a aussi été touchée par les inondations. Ils sont actuellement occupés à faire l’inventaire, les dossiers pour les assurances et le nettoyage. Même si le niveau d’eau était moins conséquent qu’à Echternach, une chose est sûre, il y a aussi des dégâts de leur côté.