POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pilotage de drones

L’armée investit dans un centre de formation... en Estonie



Un RQ-11 Raven de l’armée américaine, du même type que ceux qu’utilise l’armée luxembourgeoise. Uniquement pour des opérations de reconnaissance, dit le ministre. (Photo: Wikimedia Commons)

Un RQ-11 Raven de l’armée américaine, du même type que ceux qu’utilise l’armée luxembourgeoise. Uniquement pour des opérations de reconnaissance, dit le ministre. (Photo: Wikimedia Commons)

L’Estonie a annoncé, dans un communiqué, avoir conclu un accord avec la Défense luxembourgeoise pour créer un centre de formation au pilotage de drones. Construit à l’aéroport de Koigi, en Estonie, il sera financé par le Luxembourg.

Le projet est inédit: la Défense luxembourgeoise financera un centre de formation… en Estonie, où les deux pays formeront leurs militaires au pilotage des véhicules aériens sans pilote – l’appellation pudique des drones, utilisés depuis quelques années sur les terrains d’hostilité les plus compliqués du monde. Le Luxembourg utilise des drones d’observation, des petits Raven, depuis ce printemps au Mali.

Dès l’année prochaine commencera, à l’aéroport de Koigi, la construction d’un bâtiment qui «comprendra des salles de classe, des entrepôts, l’entretien du matériel, des logements, ainsi que les installations de loisir et sanitaires nécessaires».

«L’accord avec le Luxembourg est un exemple rare de la manière dont les relations cordiales entre les petits pays apportent non seulement des avantages politiques, mais aussi de réels progrès dans la formation et l’introduction de nouvelles technologies», a déclaré Kusti Salm, directeur du Centre estonien pour les investissements de défense, dans un communiqué du ministère estonien de la Défense .

Autre particularité, l’accord permet l’utilisation de drones, dans le cadre de la formation, par des Luxembourgeois dans l’espace aérien estonien.

Outre les Raven, selon le blog spécialisé Defence Belgium , «le Luxembourg va faire également l’acquisition de 12 systèmes micro UAS de type Atlas Pro pour cette année et de 8 systèmes mini UAS de type Puma, à raison de 4 en 2020 et 4 en 2021. Le coût de ces acquisitions est d’environ 9 millions d’euros.»

Selon les lignes directrices de la Défense luxembourgeoise après 2025 , les drones luxembourgeois seront uniquement des drones d’observation et de reconnaissance, et non pas des drones de combat.