PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Bilan CSSF

L’année 2019 s’avère morose pour les banques



295655.jpg

La CSSF observe de fortes différences de résultats dans le monde bancaire luxembourgeois. (Photo: Nader Ghavami/archives)

Selon les chiffres publiés par la CSSF, l’activité des banques sur l’année 2019 a de quoi inquiéter. Une minorité de banques affiche de bons résultats, mais globalement le secteur souffre.

Le bilan de santé des banques commence à inquiéter. Selon les chiffres de la CSSF clôturés au 30 septembre, le résultat avant provisions du secteur atteint 3.765,2 millions d’euros. Une baisse de 5,4% par rapport à la même période en 2018.

Même si la moitié des établissements a connu un développement positif de la marge d’intérêts par l’augmentation du volume d’activités et de l’amélioration du taux de rendement moyen sur actifs, la marge d’intérêts s’est rétrécie de 0,6% en agrégé.

L’écueil des taux négatifs

La CSSF observe aussi les difficultés auxquelles sont confrontées les banques depuis l’application de taux d’intérêt négatifs sur la facilité de dépôt par la Banque centrale européenne.

Elle constate que, en réaction, certaines banques appliquent désormais des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts de la clientèle professionnelle et étendent peu à peu cette pratique à des catégories de clients privés très fortunés.

L’effet Brexit

Dans l’ensemble, les revenus nets de commissions ont augmenté de 5,7%. Une hausse qui, explique la CSSF, reflète le développement positif des métiers liés à la gestion et à la garde d’actifs financiers. Mais seulement 45% des banques ont connu une progression de leurs revenus nets de commissions. Et l’ampleur de cette hausse est surtout liée à quelques établissements dont l’accroissement de l’activité est lié au Brexit.

Enfin, le bilan de la CSSF après trois trimestres pointe aussi la poursuite de l’augmentation des frais généraux. Les frais de personnel grimpent de 10,4% et les autres frais généraux de 13,2%. Cette forte hausse est également en partie liée au Brexit, notamment la mobilisation des moyens humains et techniques nécessaires pour gérer les activités bancaires transférées en vue du Brexit auprès des quelques établissements.