ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Laurent Maack (Chargé d’Affaires — Nouvelles Énergies)

«Améliorer notre rôle actif, constructif et durable»



Laurent Maack: «Nous sommes ouverts à tous ceux qui partagent notre intérêt en faveur d’un avenir durable. Nous cherchons cet échange avec les membres afin de voir quels défis se présentent et comment nous pouvons leur servir.» (Photo: Maison Moderne)

Laurent Maack: «Nous sommes ouverts à tous ceux qui partagent notre intérêt en faveur d’un avenir durable. Nous cherchons cet échange avec les membres afin de voir quels défis se présentent et comment nous pouvons leur servir.» (Photo: Maison Moderne)

Le Paperjam + Delano Club accueille un nouveau membre: Energolux . Présentation en trois questions.

Pouvez-vous, en quelques mots, résumer l’activité de votre société?

Laurent Maack. – «Energolux s’occupe depuis 1982 de l’alimentation fiable en énergie électrique. La conception, la réalisation et la maintenance de la moyenne tension jusqu’à la distribution sécurisée nous tiennent à cœur. Nous sommes à disposition de nos clients pour les groupes électrogènes, les onduleurs, les chargeurs, le stockage d’énergie, les cogénérations, les postes moyenne tension et les distributions basse tension. Bien évidemment, la transition énergétique nous concerne dans l’intérêt de tous.

Vous venez de rejoindre le Paperjam + Delano Club. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à le faire?

«L’alimentation électrique sécurisée sera un des grands défis des années à venir. À travers le Paperjam + Delano Club, nous voyons une opportunité de faire connaître nos solutions aux membres et à un public plus large en vue d’améliorer notre rôle actif, constructif et durable dans un monde qui change de façon très rapide.

Qu’y recherchez-vous? Et que pensez-vous pouvoir proposer aux membres que vous allez y rencontrer?

«Nous sommes ouverts à tous ceux qui partagent notre intérêt en faveur d’un avenir durable. En vue de pouvoir aider un client, il est essentiel de comprendre ses besoins. Il faut d’abord se mettre à l’écoute pour ensuite pouvoir générer un concept. Nous cherchons cet échange avec les membres afin de voir quels défis se présentent et comment nous pouvons les servir.»