LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Audiovisuel

Des aliens luxembourgeois envahissent la TV belge



Mish et Klaus vont-ils réellement conquérir le monde entier… sur le petit écran? (Photo: Zeilt Productions)

Mish et Klaus vont-ils réellement conquérir le monde entier… sur le petit écran? (Photo: Zeilt Productions)

«Nächst Statioun», la série d’animation de Zeilt Productions qui cartonne sur RTL, est diffusée sur la RTBF depuis lundi dernier. Mais les projets entourant ses héros, Klaus et Mish, sont nombreux.

Depuis le début de cette semaine, les petites têtes blondes de Wallonie ont pu faire la connaissance de Klaus et Mish, les deux héros de la série d’animation luxembourgeoise «Nächst Statioun», traduite en français par «Prochain arrêt». Un programme court (5 minutes) à retrouver tous les soirs sur le coup de 19h40 sur les antennes de la RTBF, dans «Ouftivi» sur La Trois.

«Le fait que ce projet voyage en dehors des frontières du Luxembourg est assez naturel. Notre objectif a toujours été de l’exporter un maximum», sourit Laurent Witz, Oscar du Meilleur court métrage d’animation avec «Mr Hublot» en 2014 et «big boss» de Zeilt Productions et Zeilt Studio, les deux sociétés à la manœuvre derrière cette série. «Certes, c’est un programme très axé sur le Luxembourg, ce qui pourrait être une barrière à l’exportation. Mais, en même temps, sa qualité, les valeurs qu’il véhicule et son humour permettent de lever celle-ci.»

Très luxembourgeois, «Nächst Statioun»? On peut le dire, oui. Cela raconte les aventures de Klaus et Mish, deux extraterrestres pas plus hauts qu’une pomme, à la bouille plutôt sympathique malgré des velléités d’invasion de la Terre. Mais avant ça, ils veulent trouver le QG parfait, celui qui en mettra plein la vue. Et du coup, ils visitent les sites les plus emblématiques du Luxembourg, de l’Abbaye de Neumünster au château de Bourscheid, afin de trouver leur bonheur.

Un lieu touristique par épisode, tout au long d’une saison qui en compte 26.

La RTBF, un distributeur londonien et Miami

Un programme ludo-éducatif donc qui va permettre à de nombreux petits Belges de se familiariser avec le Luxembourg voisin. On comprend du coup pourquoi, à côté du Film Fund Luxembourg (qui a injecté 2,25 millions euros dans le projet), les ministères de la Culture, de l’Éducation ou de l’Économie et du Tourisme sont partenaires de l’aventure.

Forcément, voir la RTBF flasher aussi rapidement sur Klaus, Mish et leurs amis a mis du baume au cœur chez Zeilt. «Cela est évidemment une bonne surprise», reprend Laurent Witz. «On pensait au départ plus à un marché davantage international, plus anglo-saxon.» Cela viendra certainement, à son tour, dans un futur proche. Le doublage en langue anglaise est d’ailleurs en cours. Et Serious Lunch, le distributeur londonien s’occupant de ce programme, se montre apparemment assez enthousiaste. Et ce après avoir notamment montré la série au «Kidscreen» de Miami, un des festivals les plus importants dans l’industrie du divertissement pour enfants.

Des peluches et la présentation d’une émission

En attendant, chez Zeilt Productions, on espère que son duo d’extraterrestres rencontrera sur la télévision publique belge la même réussite que celle vécue au Luxembourg depuis le début sa diffusion sur RTL en juillet 2020.

«Nos personnages ont vraiment connu un grand succès chez nous», poursuit Laurent Witz. «Klaus et Mish sont ainsi sortis de leur série pour animer désormais ‘KannaTiVi’ sur RTL le dimanche soir. Un grand concours de dessins a également été organisé, avec des peluches à remporter. Ce qui a généré près de 700 lettres reçues en retour.» Sans oublier la présence de Klaus et Mish dans les salles du groupe Kinepolis. Avec un épisode programmé en avant-programme des films familiaux, mais aussi via une petite capsule vous demandant de bien fermer votre portable avant le début du film.

Pas une première pour Zeilt Productions

Ce n’est évidemment pas la première fois qu’un programme Zeilt est ainsi vendu à l’étranger. Cela avait déjà été le cas des courts métrages «Mr Hublot» et «Quenottes», mais aussi de la capsule (52 épisodes de deux minutes) «Barababor» , présente dans une soixantaine de pays. Sans oublier le projet commun avec le géant chinois du streaming Tencent, concernant la série baptisée «Fond du bocal» (à venir fin 2022).

 Les héros de «Nächst Statioun» reviendront-ils pour une saison 2 ou un long métrage? (Photo: Zeilt Productions)

 Les héros de «Nächst Statioun» reviendront-ils pour une saison 2 ou un long métrage? (Photo: Zeilt Productions)

Mais on sent qu’ici, le potentiel est peut-être bien présent pour créer ce qui est le rêve de beaucoup dans ce milieu, ce qu’on appelle une franchise, un IP (pour «intellectual property») ou une marque. C’est-à-dire arriver à un tel niveau de notoriété que vos personnages puissent «sortir» de leur série. Et ce, sur un plan international. À l’image, ces dernières années, par exemple, d’une Peppa Pig qui est désormais bien plus qu’un dessin animé. L’exemple ultime en la matière étant sans doute les Schtroumpfs (pour la vieille génération) ou les Minions (chez les plus jeunes).

Une saison 2 ou un long métrage ?

Pour l’heure, on est encore très loin d’en être à ce stade-là avec «Nächst Statioun». «Mais on veut continuer à faire vivre nos petits aliens», sourit Laurent Witz, auteur du concept de cette série, Sarah Sutter et Frédéric Wedeux en étant, eux, les réalisateurs (luxembourgeois). Une saison 2 est ainsi en phase de développement. Ou plutôt une «saison internationale», puisque Klaus et Mish partiraient cette fois-ci visiter l’Europe «ou peut-être même au-delà», glisse Witz. «On est en tout cas en recherche de partenaires.»

Autre idée dans les tuyaux, celle d’un long métrage pour le cinéma. «On en parle souvent. Plusieurs diffuseurs ont marqué leur intérêt…»

L’application arrive en mai

Ce qui s’annonce avec encore plus de certitude, c’est l’application mobile labelisée «Nächst Statioun». Elle arrive normalement en mai prochain et verra les extraterrestres de la série présenter les lieux visités au Luxembourg dans les 26 épisodes actuellement disponibles. Auxquels on ajoutera 14 autres points touristiques «inédits». De quoi visiter le Luxembourg autrement cet été?