PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Forecast

Des affaires à faire après la crise?



Trois experts de la banque privée livrent leurs conseils pour investir intelligemment en cette année. (Montage: Maison moderne)

Trois experts de la banque privée livrent leurs conseils pour investir intelligemment en cette année. (Montage: Maison moderne)

Avec une pandémie mondiale qui a touché tous les secteurs, comment investir après cette crise sanitaire? Reste-t-il des affaires à faire? Trois experts de la banque privée livrent leurs conseils pour investir intelligemment en cette année.

Bertrand Schumacher, Discretionary portfolio manager, ING Luxembourg. – «La crise sanitaire du coronavirus aura eu de multiples répercussions dans nos vies quotidiennes, mais également sur les marchés financiers… Entre mi-mars et fin mai, les bourses mondiales ont connu des mouvements d’une violence historique à la baisse et plus récemment à la hausse. La pandémie actuelle va avoir des répercussions durables en matière d’investissements. En effet, les valorisations des différentes classes d’actifs ont été violemment ‘déformées’. Pour l’investisseur particulier, de la même manière que pour l’investisseur professionnel, il s’agit de prendre un peu de recul et vérifier la diversification de ses investissements, ainsi que les risques associés. Afin de saisir les opportunités, dans les secteurs d’avenir qui bénéficient de tendances structurelles, tout investisseur restera donc vigilant à la valorisation relative des actifs et à la liquidité de ses placements.»

Frédéric Rollin, Senior investment adviser, Pictet Asset Management. – «Oui, mais la croissance européenne est engluée pour longtemps. Il faudra chercher ailleurs. L’Asie restera le moteur de la croissance mondiale pour longtemps. Ses succès éclatants dans la 5G et l’intelligence artificielle en attestent. Les performances des actions devraient suivre, d’autant que les valorisations sont encore modestes. Les entreprises mondiales du digital restent attrayantes. Le télétravail se généralise et les géants du cloud vont voir la demande accélérer. Le commerce électronique et les jeux en ligne ont fait de grosses avancées. Enfin, les opérateurs télécoms vont bénéficier d’une augmentation des connexions. Les énergies propres, innovantes et enfin compétitives bénéficieront de coûts de financement peu élevés, de la sympathie du public et du soutien des politiques, désormais avertis des désastres économiques que peut provoquer notre empreinte sur la nature.»

Ilario Attasi, Head of group investment research, Quintet Private Bank. – «Le remède économique à la crise engendrée par l’épidémie de Covid-19 ne sera pas de ressusciter l’économie d’hier, mais de consolider et d’étendre le succès de certains des gagnants d’aujourd’hui; de redonner des outils aux entreprises en difficulté et de financer les nouveaux venus. Selon nous, les sociétés qui ont été capables de préserver leur position durant la crise sauront consolider leur avantage compétitif et être des moteurs d’innovation. Les segments de la technologie et de la pharmacie nous semblent les mieux positionnés au sein des marchés d’actions. Dans ce contexte de liquidités abondantes, on pourrait imaginer qu’un retour de l’inflation est envisageable. Les obligations liées à l’inflation devraient avoir la faveur des investisseurs dans une période où les attentes restent basses. L’immobilier devrait profiter de cette situation.»