POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Bilan parlementaire

L’ADR déplore l’«arrogance du gouvernement»



255446.jpg

Le groupe parlementaire ADR s’est réuni mercredi 17 juillet au restaurant Clairefontaine pour son traditionnel bilan parlementaire. (Photo: Maison Moderne)

Lors de son bilan parlementaire, le groupe ADR s’est félicité de ses scores aux élections législatives et européennes, et est revenu sur l’affaire du «casier judiciaire bis», qui est, selon lui, un des exemples de l’«arrogance du gouvernement», avant d’aborder la Constitution ou la politique migratoire.

«Ce début de mandat a été marqué par l’arrogance du gouvernement», estime le président du groupe parlementaire ADR, Gast Gibéryen , lors du bilan parlementaire qui a été dressé au restaurant Clairefontaine à Luxembourg-ville.

«Cela s’est remarqué lors des questions parlementaires et par l’absence de réponses aux demandes de l’opposition», ajoute-t-il.

M. Gibéryen prend pour exemple la polémique autour du «casier judiciaire bis»: «L’opposition a bien fait son travail sur cette affaire face à un gouvernement qui n’a pas informé correctement et s’est révélé contradictoire.»

Une commission d’enquête parlementaire sur le «casier judiciaire bis»

«L’ADR continuera à réclamer de la transparence», ajoute le président du groupe parlementaire. «Sinon, nous déposerons, à la rentrée, une résolution pour créer une commission d’enquête parlementaire.»

Avec un score en augmentation lors des élections européennes et un membre de plus à la Chambre des députés après les dernières législatives, Gast Gibéryen estime que cette dernière année fut «une bonne année pour l’ADR».

«Nous continuerons à travailler sur nos thèmes politiques», déclare encore le président du groupe. «Comme la famille, l’intégration ou la politique migratoire.»

Une croissance qualitative de la population

Le groupe parlementaire réclame, tout comme le CSV, des référendums sur différents points de la future Constitution: langue, protection des animaux, cumul des mandats des députés, circonscription unique pour les législatives. «Mais il ne faut pas revenir sur les questions tranchées en 2015», précise cependant M. Gibéryen.

Le président du groupe ADR est revenu aussi sur la question de l’augmentation de la population et les problématiques de logement ou de mobilité qu’elle provoque: «Si le rythme se poursuit, il y aura 150.000 résidents en plus au Luxembourg dans 10 ans. Nous voulons donc une croissance qualitative et non quantitative.»

Quant à l’élection d’Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne, Gast Gibéryen considère qu’après un score si faible, la présidente de la Commission est sous pression. «Cela démontre que l’Union européenne est divisée», ajoute-t-il. «Il faut rassembler l’Europe autour d’une Europe des nations et non autour d’un État européen.»