ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Immobilier (5/5)

Acheter un logement: n’oubliez pas les frais annexes



Le prix de vente de la maison n’est pas le reflet réel du budget dont vous devrez disposer pour l’acquérir. Il faut aussi tenir compte de plusieurs frais annexes. (Photo: Shutterstock)

Le prix de vente de la maison n’est pas le reflet réel du budget dont vous devrez disposer pour l’acquérir. Il faut aussi tenir compte de plusieurs frais annexes. (Photo: Shutterstock)

À travers une série d’articles, Paperjam analyse le secteur de l’immobilier et sa réalité au Luxembourg. En plus du prix du logement en lui-même, il y a tout un ensemble de frais annexes qui viennent s’ajouter au budget nécessaire à l’acquisition d’un bien. Quels sont ces principaux frais?

Lorsqu’on se décide à acheter un logement existant, il faut prévoir un budget adéquat. La dépense principale sera bien entendu dédiée à l’achat du bien immobilier en lui-même, mais il faut être conscient qu’il existe tout un tas d’autres frais annexes qui viennent alourdir un peu plus la facture. Voici les principaux frais à considérer:

Les frais de notaire  

Ce que l’on appelle généralement les «frais de notaires» regroupe en réalité différents frais. Il s’agit des droits d’enregistrement et de transcription à l’Administration de l’enregistrement et des domaines qui sont calculés à hauteur de 7% (6% pour les droits d’enregistrement et 1% pour les droits de transcription) sur la valeur du terrain et de la construction qui s’y trouve. Selon certaines conditions, ces frais peuvent faire l’objet d’un crédit d’impôt appelé «Bëllegen Akt» (à hauteur de 20.000 euros par tête).

À cela, il faut ajouter les honoraires du notaire qui sont fixés par un règlement grand-ducal et correspondent environ à 1% du montant de l’acquisition. Le site justarrived.lu propose une calculette pour simuler ces dépenses.

Le notaire demandera également le remboursement des frais engendrés pour collecter des documents nécessaires à la transaction, comme la demande de l’extrait cadastral, les frais de géomètre… ainsi que les frais d’hypothèque (voir ci-après).

Les frais liés à l’emprunt bancaire

Dans la majorité des cas, l’acquisition d’un logement est réalisée avec l’aide d’un prêt immobilier souscrit dans une banque. Ce prêt s’accompagne de frais d’hypothèque. En effet, la banque exige une hypothèque sur le bien en cours d’acquisition pour pouvoir le vendre et récupérer son argent en cas d’incapacité de remboursement du crédit. L’acte d’hypothèque doit être dressé par un notaire qui l’inscrit au Bureau des hypothèques. Le montant de ces frais dépend du montant du crédit hypothécaire accordé.

Qui dit crédit, dit intérêts à rembourser, dont le montant dépend du profil de l’emprunteur, de la durée du prêt, et de son montant. Ceci fait généralement l’objet d’une négociation avec la banque.

À ceci, il est généralement conseillé de souscrire également une assurance solde restant dû et invalidité, bien que celle-ci ne soit pas obligatoire. Cette assurance prend en charge les mensualités restantes en cas de décès prématuré ou d’invalidité. Le prix de l’assurance varie en fonction de la durée du prêt et de son montant et peut faire également l’objet de négociations.

Enfin, il faudra régler des frais de dossier liés à l’ouverture du prêt. Ceux-ci sont généralement modestes et sont parfois offerts comme geste commercial de la part de la banque.

Frais liés au logement lui-même

Afin de pouvoir jouir pleinement du bien, il faut également prévoir d’autres frais, tels que l’assurance habitation, les frais de raccordement à l’eau, l’électricité, éventuellement le gaz, les télécommunications ou encore, en fonction des cas, les frais d’assainissement du terrain et l’aménagement des alentours.

Certaines communes exigent aussi une taxe d’infrastructure et/ou une taxe de raccordement. Dans le cas d’un achat en copropriété, il y aura des charges communes et potentiellement de futures dépenses prévues par la copropriété (ravalement de façade, entretien de la toiture, changement des gouttières…). Tout ceci sans oublier les futures taxes foncières et les frais liés aux imprévus.

Les différents volets de cette série sur l’immobilier au Luxembourg:

1.  La construction: un secteur qui pèse (très) lourd

2.  Le paradoxe des logements inoccupés

3.  Ces biais qui gonflent les prix de l’immobilier

4. Ce qui fait la valeur d’une maison ou d’un appartement

5.  Acheter un logement: n’oubliez pas les frais annexes