POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Conseil de l’UE

Un accord sur la politique agricole commune



Les nouveaux textes de la PAC devraient entrer en vigueur d’ici 2023.  (Photo: Shutterstock)

Les nouveaux textes de la PAC devraient entrer en vigueur d’ici 2023.  (Photo: Shutterstock)

Aides directes aux agriculteurs et politique de développement rural ont été définies mardi et mercredi lors du Conseil Agriculture et pêche organisé à Luxembourg.

Les États membres de l’UE se sont mis d’accord mercredi au petit matin sur les grandes orientations de la politique agricole commune (PAC) post-2020, a annoncé le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural.

Pour Romain Schneider (LSAP), l’accord arraché après deux journées de discussions «est un compromis qui tient suffisamment compte des doléances et spécificités luxembourgeoises».

La PAC comporte, d’une part, les aides directes aux agriculteurs, qui représentent plus des deux tiers du budget européen. Et, d’autre part, la PAC cible la politique de développement rural au sens large.

30% du budget annuel de l’UE

Les textes votés à la majorité qualifiée devraient entrer en vigueur au plus tard à partir de 2023. La PAC constitue le deuxième poste de dépenses européen avec plus de 30% du budget annuel de l’UE.

Le maintien des programmes pluriannuels flexibles a été primordial dans les négociations.
Romain Schneider

Romain Schneider,  ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural

«Pour un petit pays comme le Luxembourg, le maintien des programmes pluriannuels flexibles a été primordial dans les négociations. Les intérêts du Luxembourg sont notamment liés au maintien des prairies, et des pâturages et élevages extensifs», a commenté Romain Schneider.

Autre aspect de la nouvelle PAC, l’accent porté sur l’écologie. «Concrètement, il s’agit par exemple du fait de réduire l’utilisation des pesticides et des engrais chimiques pour protéger les ressources en eau, d’augmenter la conversion vers l’agriculture biologique, des efforts pour réduire les gaz à effet de serre et les émissions d’ammoniac, ou encore de l’amélioration du bien-être animal», a ajouté Romain Schneider.

Parmi les nouveautés figure le financement des éco-régimes, qui constituera 20% des aides directes octroyées aux agriculteurs.