POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Face à la pandémie de covid-19

À l’écoute des indépendants en détresse



La CLC ambitionne d’ouvrir cette ligne d’écoute à destination des indépendants, en partenariat avec d’autres organisations professionnelles. (Photo: Shutterstock)

La CLC ambitionne d’ouvrir cette ligne d’écoute à destination des indépendants, en partenariat avec d’autres organisations professionnelles. (Photo: Shutterstock)

La CLC prépare la mise en place d’une ligne téléphonique d’assistance et d’écoute des entrepreneurs rongés par les difficultés générées par la crise sanitaire.

Voir son activité freinée sec par la crise sanitaire, ne plus pouvoir exercer quand on le souhaite ou encore ne pas être éligible à toutes les mesures d’aide, comme  le chômage partiel  par exemple: tel est le quotidien de nombreux indépendants depuis le début de la crise sanitaire, en mars 2020.

«On a de plus en plus de messages de détresse», confie Nicolas Henckes , directeur de la CLC, qui représente plus de 11.000 entreprises actives dans le commerce, les services et les transports au Luxembourg.

Voilà pourquoi elle prépare, de concert avec d’autres organisations professionnelles, un système d’assistance psychologique. «On va réfléchir à garantir l’anonymat, faire cela dans les règles de l’art et boucler le financement. Ensuite, il faudra voir si on ouvre cette ligne à nos membres ou si on élargit à d’autres entreprises», détaille le responsable.

Écoute et suivi

L’été dernier, Nicolas Henckes a appris que les suicides avaient augmenté parmi les patrons de PME et de TPE en France. Après une rencontre avec le directeur de l’entreprise spécialisée en prévention des risques psychosociaux Pétillances , Tom Girardin, le projet a commencé à germer fin septembre.

On peut aider les personnes à mobiliser leurs ressources au lieu d’être coincées dans leurs idées noires.

Tom Girardin,  directeur,  Pétillances

«Beaucoup ont choisi d’être indépendants pour avoir les clés en main. Or, avec cette crise, beaucoup ont le sentiment de ne plus avoir les clés en main», observe M. Girardin. L’idée avec cette assistance psychologique est d’accueillir, d’écouter et de guider au mieux les indépendants en détresse: «On peut aider les personnes à mobiliser leurs ressources au lieu d’être coincées dans leurs idées noires.»

Accompagnement par Pétillances ou orientation vers un thérapeute, chaque indépendant devrait être redirigé vers la solution la plus adaptée à ses besoins.

«La crise sanitaire perdure et on voit que de plus en plus de personnes sont touchées non pas par le virus, mais par le contexte qui est autour», observe Tom Girardin.

La santé mentale, la face cachée de l’iceberg Covid

Mardi, le Premier ministre Xavier Bettel  (DP) et la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ont évoqué en conférence de presse les aspects de santé mentale liés à la crise. «L’impact psychologique du confinement ne doit pas être sous-estimé», a souligné le libéral.

«L’effet sur le moral est évident, et l’hiver n’est pas propice pour régler ces problèmes», a-t-il ajouté.

On ne connaît pas le calendrier de la mise en place de cette ligne d’écoute à destination des indépendants, mais Nicolas Henckes l’assure: «C’est quelque chose qui est en cours de finalisation.»