POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

pandémie

8,8 milliards pour soutenir l’économie nationale



Un conseil de gouvernement extraordinaire s’est réuni mercredi après-midi pour discuter des mesures à prendre pour soutenir les entreprises. Un programme de stabilisation de l’économie préparé en collaboration avec les représentants des secteurs économiques. Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) en a livré les grandes orientations.

Les entreprises, durement frappées par la crise sanitaire du Covid-19, attendaient avec impatience des annonces du gouvernement en leur faveur. Le patronat lui demandait de «penser grand» pour faire face à l’urgence de la situation .

L’Exécutif a donc présenté, mercredi, son programme de stabilisation de l’économie.

Dans la foulée d’un conseil de gouvernement extraordinaire ayant eu lieu ce mercredi, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) en a donné les grandes orientations.

Grâce à «une économie très performante et des finances fortes», le plan de stabilisation va mobiliser «8,8 milliards d’euros, soit plus de 14% du PIB». Et cela sous différentes formes. Répétant que «cela coûtera ce que cela devra coûter», le Premier ministre a estimé les différentes nouvelles mesures «utiles, justifiées et appropriées» pour traverser la crise, puis amorcer la relance.

Le programme de stabilisation de l’économie poursuit quatre objectifs :

- Répondre aux besoins de liquidités immédiats auxquels font face les entreprises;

- Faire face aux difficultés de trésorerie;

- Faciliter les emprunts des entreprises via un soutien étatique;

- Maintenir l’emploi. 

Plusieurs mesures sont destinées à les atteindre:

Le chômage partiel

Auparavant utilisée de façon sectorielle, la mesure a été généralisée. La crise a provoqué la fermeture temporaire de 15.000 entreprises et concerne 100.000 travailleurs. 4.600 demandes d’intervention au niveau du chômage partiel sont parvenues de différentes manières. Celles qui sont en ordre au niveau de la forme «recevront une réponse positive».

L’heure n’est en effet pas à «se laisser bloquer par des contraintes administratives», l’urgence étant ailleurs. Mais, la crise passée, «les demandes accordées seront vérifiées, et des rectifications seront possibles».

500 millions d’euros par mois vont être mobilisés pour le chômage partiel.

Le congé familial

Il connaît un important succès avec 15.000 demandes. 200 millions d’euros par mois vont être dédiés à ce volet.

Les aides directes aux PME

Elles sont plafonnées à 500.000 euros. «L’enveloppe dévolue sera de 300 millions d'euros», a indiqué Xavier Bettel, soulignant que le texte législatif était prêt et sera probablement voté la semaine prochaine.

Les aides aux entreprises de moins de neuf personnes

Une prime de 5.000 euros sera allouée. Pour une enveloppe de 1,75 million.

Les liquidités des entreprises

Un enjeu vital. «Une aide de 4,5 milliards sera accordée en report de charges et d’impôts», confirme Xavier Bettel.

De plus, des remboursements immédiats de TVA vont avoir lieu pour 50 millions d’euros.

Garantie d’État pour les crédits

L’État «qui souhaite prendre des mesures maximales» sera garant à hauteur de 2,5 milliards.

Le détail des différentes mesures - dont huit nouvelles - a été donné par les ministres des Finances,  Pierre Gramegna (DP), des Classes moyennes, Lex Delles (DP), et de l’Économie,  Franz Fayot (LSAP,) lors d’une conférence de presse organisée à 18h:

Un budget de 128 millions pour le HCPN

Reste encore à connaître le coût de la crise. Il est évidemment encore trop tôt pour le définir de manière précise. «Mais le budget de crise du Haut-Commissariat à la protection nationale est de 128 millions d’euros, et il pourra être encore étoffé», a indiqué Xavier Bettel. Qui, une nouvelle fois, a aussi répété que «la priorité absolue reste la santé des gens».