ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

emploi

69 départs de RTL Group via un plan social



Le plan social a frappé principalement les effectifs du corporate centre. (Photo: Archives Maison Moderne)

Le plan social a frappé principalement les effectifs du corporate centre. (Photo: Archives Maison Moderne)

Un accord est intervenu entre la direction de RTL Group et les syndicats au sujet d’un futur plan social. 69 personnes vont perdre leur emploi, au lieu des 94 annoncées initialement.

Un plan social au sein de RTL Group va coûter leur emploi à 69 personnes au sein de son corporate center. Au lieu des 94 licenciements annoncés dans un premier temps suite à la volonté de la direction de réorganiser ses équipes.

Des négociations très difficiles

Le dialogue avait été qualifié de difficile par les syndicats,  malgré une volonté d'aboutir de la part de la direction selon nos informations. «Il a fallu l’intervention du comité de conciliation», indique Pit Schreiner, secrétaire central du Syndicat imprimeries, médias et culture – FLTL. «Mais dans ce cadre aussi, cela a été compliqué. Ce lundi encore, après quatre rencontres, tout était bloqué.» Quelques concessions vont cependant permettre d’aboutir à un accord à 1h du matin. Sur le fil, ou presque, puisque la conciliation s’achevait ce mardi.

Finalement, ce sont 69 personnes et non 94  qui vont perdre leur emploi au niveau du corporate centre, entité qui gère les relations internationales,  dans le cadre d’un plan de restructuration annoncé en août . «Les 25 autres ont accepté des mutations internes, parfois en Belgique ou ailleurs. Celles qui resteront à Luxembourg resteront au sein de CLT-UFA, mais plus de RTL Group», explique encore Pit Schreiner. Les employés qui pouvaient potentiellement entrer dans les conditions d’une prépension n’ont pas accepté cette voie, pour différentes raisons.

39 mutations possibles vers Cologne

Des propositions vont être faites à 39 employés pour rejoindre le siège de Cologne. Ils auront cinq semaines pour accepter ou non. Et, indique encore le syndicat, jusqu’à la fin de l’année prochaine pour éventuellement y renoncer et bénéficier du plan social.

Pour ceux dont les emplois n’ont pu être sauvés, Pit Schreiner estime avoir obtenu des conditions honorables. «Nous avons été fermes sur le fait qu’il fallait tenir compte de l’âge, de l’ancienneté, de la composition de famille. Nous avons voulu des conditions financières dignes, mais aussi des moyens pour l’outplacement. C’était très important, car de nombreux employés qui vont partir ont un certain âge. Pour eux, même au Luxembourg, retrouver un emploi ne sera pas simple. On cherche toujours des jeunes avec beaucoup d’expérience, beaucoup moins souvent des plus anciens avec beaucoup d’expérience», constate-t-il.