POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Fonds spécial de développement du logement

554 millions mobilisés pour le logement abordable



57 communes se répartissent les projets de 3.600 logements abordables conventionnés. (Photo: Shutterstock)

57 communes se répartissent les projets de 3.600 logements abordables conventionnés. (Photo: Shutterstock)

Le Fonds spécial de développement du logement, lancé en avril dernier, a permis de mobiliser 554 millions d’euros par l’État en vue de financer la réalisation de 3.682 logements abordables. À terme, plus de 1.000 logements par an pourraient être produits.

554 millions d’euros ont été mis à disposition par l’État pour la réalisation de 3.682 logements abordables, selon le premier rapport intermédiaire que présentait ce vendredi le ministre du Logement, Henri Kox (Déi Gréng), depuis le lancement en avril dernier du Fonds spécial de soutien au développement du logement.

La réalisation de ces logements, répartis sur 308 projets, est confiée à la Société nationale des habitations à bon marché (SNHBM) (34%), au Fonds du logement (25%), aux communes (21%) et à des associations et acteurs privés (20%).

Plus de trois quarts des projets en réalisation ont été initiés au cours des quatre dernières années. 1.588 sont déjà achevés. Presque la moitié (45%) des projets est actuellement en cours d’exécution. Et 2.094 logements devraient être finalisés d’ici 2024.

57 communes se répartissent ces projets. En grande partie, celles-ci les développent en collaboration avec les deux promoteurs publics que sont le Fonds du logement et la SNHBM. Même si 28 de ces communes sont elles-mêmes développeurs de ce type de logements.

Sur les 554 millions d’euros de subvention, 341 millions d’euros ont déjà été payés. La hauteur des subventions perçues dépend par ailleurs essentiellement du fait qu’il s’agisse de logements destinés à la vente ou à la location.

«Le parc immobilier public restera public!», a déclaré Henri Kox. «Ce sont ces logements qui garantissent durablement des prix décents et accessibles pour les générations futures. D’où l’importance pour les communes de relever ce défi national.» Et d’où l’importance du Pacte logement 2.0, qui vise justement à établir une alliance nationale entre le gouvernement et les communes pour la création de logements abordables en main publique.

1.000 logements par an

Les différents promoteurs ont en outre annoncé au gouvernement vouloir démarrer d’ici 2024 la construction de quelque 4.000 logements supplémentaires, non encore conventionnés par le ministère, qui s’ajouteront aux 3.682 qui sont conventionnés actuellement. À terme, il est d’ailleurs prévu de porter la production de logements abordables à plus de 1.000 unités par an.

Parmi ces annonces figurent les grands projets emblématiques sur les friches industrielles de Wiltz et Dudelange, mais également une série de projets d’envergure moyenne à Echternach, Kehlen, Mamer, Mersch, Diekirch, ainsi que dans la capitale.

Le fonds spécial a aussi permis l’acquisition de plus de 1.000 ares de terrain répartis sur quatre terrains situés sur les communes d’Useldange, de Weilder-la-Tour, de Lenningen et de Mersch. Avec une superficie totale de 1.000 ares, ces terrains ont un potentiel de construction de 298 logements. Une acquisition de réserves foncières par la main publique qui est, à terme, indispensable pour le développement de logements abordables.